jeudi 6 septembre 2007

Stendhal

Stendhal (Henri-Marie Beyle)
1783-1842

Stendhal s'est souvent vanté d'écrire pour un petit nombre de ses contemporains : "J'écris pour des amis inconnus, une poignée d'élus qui me ressemblent : les happy few." indique-t-il dans la Vie d'Henry Brulard. Puis, joueur, il ajoute " je mets un billet de loterie dont le gros lot se résume à ceci : être lu en 1935". A sa mort, en 1842, à l'exception de Balzac, Mérimée, Barbey d'Aurevilly et de quelques autres, les contemporains de Stendhal n'ont pas reconnu la portée de son œuvre. En 1865, plus de vingt ans après, Le Grand Dictionnaire Universel du XIXème siècle a d'ailleurs cette formule réductrice : "… il n'a l'étoffe ni d'un grand écrivain, ni d'un grand penseur, ni d'un grand critique ".
Il faudra attendre 1888 pour que paraisse son journal et c'est en 1890 que sera publié la Vie de Henry Brulard, un récit très autobiographique. Lamiel et Lucien Leuwen, deux romans inachevés paraîtront également bien après sa mort, d'abord par fragments puis dans leur forme définitive entre 1927 et 1929.
Les deux grands romans que Stendhal publiera de son vivant : Le Rouge et le Noir en 1830 et la Chartreuse de Parme en 1839, n'auront que peu d'échos. Ce dernier qu'il écrira , en cinquante deux jours, d'une prodigieuse inspiration lui vaudra toutefois un article de 72 pages, signé Balzac : M. Beyle a fait un livre où le sublime éclate de chapitre en chapitre…". L'auteur d'Eugénie Grandet sera le premier à déceler en Stendhal, l'un des grands écrivains du dix-neuvième siècle.
On a souvent accolé l'épithète "sec" au style de Stendhal. A une époque où régnait le goût des envolées lyriques, Stendhal a eu en horreur l'éloquence et l'emphase. Il détesta Chateaubriand et Mme de Staël. Citant une belle formule de cette dernière : "Il se ferait tout à coup un grand silence dans Rome, si la fontaine de Trevi cessait de couler", il eut ce jugement sans appel : "Cette seule phrase suffirait à me faire prendre en guignon toute la littérature."
Dès 1821, Stendhal, qui décidément n'accordait que peu de confiance à ses contemporains, avait composé lui-même son épitaphe, en italien : "Henri Beyle, Milanais, vécut, aima, écrivit. Cette âme adorait Cimarosa, Mozart et Shakespeare…". Méprisé et moqué par son siècle, celui qui avait annoncé que sa gloire serait surtout posthume règne désormais comme l'un des écrivains majeurs de notre littérature.

Le rouge et le noir
1954 - Colorisé - 3hre 05min

Réalisateur: Claude Autant-Lara

Acteurs

Julien Sorel : Gérard Philipe
Madame de Rénal : Danielle Darrieux
Monsieur de Rénal l : Jean Martinelli
Mathilde de la Môle l : Antonella Lualdi
L'abbé Pirard l : Antoine Balpétré
Le marquis de la Môle l : Jean Mercure
Le Père Sorel l : Alexandre Rignault
Elisa l : Anna-Maria Sandri
Le président du tribunal l : Jacques Varennes
La marquis de la Môle l : Suzanne Nivette
L'abbé Chellan l : Andre Brunot
Le marquis de Croisenois l : Georges Descrières
Monsieur Binet l : Georges Wilson
L'officier l : Gérard Séty
Amanda Binet l : Claude Sylvain
Norbert de la Môle l : Mirko Ellis
Le comte Altamira l : Pierre Jourdan

Stendhal a publié Le Rouge et le Noir en 1830. Il a alors quarante sept ans. Le Rouge et le Noir est son second roman. Il avait publié Armance en 1827 L'intrigue de ce roman a été inspirée à Stendhal par un fait divers dont le dénouement eut pour cadre les assises de l'Isère, son département d'origine. En 1827, Berthet, fils d'un artisan et jeune séminariste a été jugé et condamné à mort pour avoir assassiné en pleine messe son ancienne maîtresse , l'épouse d'un notable qui l'avait engagé comme précepteur de ses enfants.





TvRiP: Generic MPEG-4 | 448x336 pixels | Mp3 48,000 Khz | IPS: 25
Archive: 2 CD (692,2 & 679 Mo) | RAR (7 x 97,7 + 1 x 8,7 & 6 x 97,7 + 1 x 93 Mo)
eBook: Format: txt, doc, rtf et PDF
Liens: --> Dossier RS


------------------------------- // -------------------------------


La chartreuse de Parme
1947 - N&B - 2hre 50min

Réalisateur: Christian-Jaque

Acteurs

le marquis Fabrice Del Dongo: Gérard Philipe
Clelia Conti: Renée Faure
la duchesse Gina de San Severina: Maria Casarès
le prince Ernest IV: Louis Salou
Rassi, le chef de la police: Lucien Coëdel
le Comte Mosca: Tullio Carminati
Marietta: Maria Michi
Grillo: Louis Seigner
Ferrante Palla: Attilio Dottesio
Giletti: Enrico Glori
Crescenzi: Claudio Gora

C'est le 3 septembre 1838 que Stendhal a l'idée d'écrire la Chartreuse de Parme. Pendant 2 mois, il garde le silence, préférant se consacrer à la rédaction des Mémoires d'un touriste. Puis, le 4 Novembre, Stendhal s'installe au 4 Rue Caumartin à Paris. Pendant 7 semaines, il se met au travail et dicte à un secrétaire le texte de la Chartreuse. Le 26 décembre, il remet à son éditeur un texte de plus de cinq cent pages. La Chartreuse de Parme est publié en deux volumes en mars 1839. Un extrait du roman, notamment la bataille de Waterloo a été publié en avant-première dans Le Constitutionnel. Balzac envoie alors une lettre de félicitations à Stendhal. La Chartreuse de Parme ne recevra que peu d'échos et d'éloges dans la presse. Balzac, toujours lui, publiera en septembre 1840 un très long article élogieux sur ce roman :"M. Beyle a fait un livre où le sublime éclate de chapitre en chapitre. " Il émet également quelques réserves et donne plusieurs conseils à Stendhal. Malgré les quelques critiques, Stendhal est flatté de l'intérêt que lui porte le père de la Comédie humaine. Il commencera même à apporter des modifications au texte à la Chartreuse , allant dans le sens souhaité par Balzac. Mais La Chartreuse de Parme ne connaîtra pas de réédition du temps du vivant de Stendhal, celui-ci mourant dès 1842. Ces corrections ont été le plus souvent reprises en notes, car si parfois elles corrigent une obscurité, "le plus souvent elles alourdissent le trait, et confirment que l'art de Stendhal est fait d'abord de liberté et de spontanéité".


DvDRiP: Generic MPEG-4 | 512x368 pixels | Mp3 48,000 Khz | IPS: 25
Archive: 2 CD (698,4 & 675 Mo) | RAR (7 x 97,7 + 1 x 14,8 & 6 x 97,7 + 1 x 89 Mo)
eBook: Format: txt, doc, rtf et PDF
Liens: --> Dossier RS

dimanche 2 septembre 2007

Dashiell Hammett

Samuel Dashiell Hammett
(1894-1961)

Né dans une famille pauvre, Dashiell Hammett passe sa jeunesse à Philadelphie où, après plusieurs petits boulots, il devient détective privé pendant six ans à la célèbre agence Pinkerton, de là son inspiration pour le polar. Le terme roman noir ne sera inventé qu'après 1944 par les intellectuels français. Quand Hammett rencontre le succès dans son pays, on en fait l'inventeur de la « Hard-boiled School » (que l'on peut traduire par l'« école des durs à cuire »), en référence aux personnages violents et apparemment dépourvus de sensibilité qui fourmillent dans les histoires qu'il raconte. Dans la France de l'entre-deux guerres, il est encensé par André Gide et publié par les éditions Gallimard, parmi les grands auteurs américains car la Série Noire n'existe elle non plus pas encore. Au debut des années 1920, il révolutionne le roman par son écriture sèche, visuelle et ses histoires dans lesquelles la notion du bien et du mal n'ont plus lieu. Les archétypes des personnages du roman noir apparaissent dès la Moisson rouge : détective anonyme (le Continental Op'), vamp accrochée à son drogué de fiancé, magnat de l'industrie corrompu et complice de la mafia qui l'aide à briser les grèves... Plus tard son détective prendra le nom de Sam Spade, immortalisé à l'écran par Humphrey Bogart dans Le Faucon maltais de John Huston. Ses premières nouvelles paraissent en 1922 dans les collections de romans populaires appelées 'Pulp' (pour 'pulpe', nom donné au mauvais papier imprégné de morceaux de bois sur lesquels ces ouvrages étaient imprimés), puis viennent la Moisson rouge, le Faucon maltais et la Clé de verre, dont les adaptations cinématographiques connaîtront le succès. La publication de la Moisson rouge est un événement, car c'est le premier roman du genre paru aux États-Unis. Comme Agatha Christie, il donne place à une justice non-officielle. Sa brève carrière d'écrivain se termine en 1934. La seconde partie de la vie de Dashiell Hammett est dominée par l'alcool et le harcèlement dont il fait l'objet pendant la Chasse aux Sorcières maccarthyste. Accusé de communisme, mouvement pour lequel il n'a jamais caché sa sympathie, il est envoyé en prison. Ses ouvrages sont retirés des bibliothèques publiques à cette période et n'y retrouveront jamais leur place. Alcoolique et malade de la tuberculose, Dashiell Hammett meurt à New York en 1961.

Bibliographie
Romans
1924 : Le Grand Braquage (The Big Knockover)
1929 : La Moisson rouge (Red Harvest)
1929 : Sang maudit (The Dain Curse)
1930 : Le Faucon maltais (The Maltese Falcon)
1931 : La Clé de verre, (The Glass Key)
1934 : L'Introuvable (The Thin Man)
Nouvelles traduites
1924 : Le Dixième indice et autres enquêtes du Continental Op (The Tenth Clew)
1925 : Le Sac de Couffignal (The Cutting of Couffignal)
1929 : Le Papier tue-mouches (Fly Paper)
1930 : Le Meurtre de Farewell (The Farewell Murder)
Autres publications
La Mort c'est pour les poires (Selected Letters of Dashiell Hammett 1921-1960)
L'agent secret X9 (Secret Agent X-9, 1934-1935), scénario de BD : X9 contre le dominateur (You're the Top), Le Mystère des armes silencieuses (The Mystery of the Silent Guns), L'Affaire Martyn (The Martin Case) et
La Voiture en flammes (The Torch Car Case)


The Maltese Falcon (Le faucon maltais)
1941 - N&B - 1hre 41min
VO avec st fr

Réalisé par: John Huston
Écrit par: Dashiell Hammett, John Huston

Distribution:

Humphrey Bogart,
Mary Astor,
Gladys George,
Peter Lorre,
Barton MacLane,
Lee Patrick,
Sydney Greenstreet,
Ward Bond,
Jerome Cowan,
Elisha Cook Jr.,
James Burke

Sam Spade et Miles Archer sont deux privés. Au cours d'une enquête, Miles est assassiné. Sam soupçonne Brigid qui les avait dirigés sur l'enquête. Mais cette dernière, qui fascine Sam par sa beauté et son argent, lui demande de l'aider et il accepte.

DvDRiP: Divx 5,0 | 448x336 pixels | Mp3 48,000 Khz | IPS: 23,98
Archive: 700,5 Mo | RAR (7 x 97,7 Mo + 1 x 16,9)
Liens: --> Dossier RS

Mary Astor

--------------------------- // ---------------------------
--------------------------- // ---------------------------


The Glass Key (La clé de verre)
1942 - N&B - 1hre 25min
VO avec st fr

Réalisateur: Stuart Heisler
Scénariste: Jonathan Latimer

Brian Donlevy (Paul Madvig)
Veronica Lake (Janet Henry)
Alan Ladd (Ed Beaumont)
Bonita Granville (Opal 'Snip' Madvig)
Richard Denning (Taylor Henry)
Joseph Calleia (Nick Varna)
William Bendix (Jeff)
Frances Gifford (l'infirmière)
Donald MacBride (le procureur général Farr)
Moroni Olsen (Ralph Henry)
Eddie Marr (Rusty)
Arthur Loft (Clyde Matthews)
Margaret Hayes (Eloise Matthews)
George Meader (Claude Tuttle)
Puissant agent électoral, Paul Madvig décide de soutenir la candidature du sénateur Ralph Henry dont le programme électoral résonne avec effroi dans les bas-fonds de la ville. Nick Varna, un gérant de salles de jeux, est le premier affecté par ce programme et par la trahison de Madvig. Lorsque Taylor Henry, fils de l'homme politique, est retrouvé assassiné, la tension monte…
Seconde adaptation du roman de Dashiell Hammett, La Clé de verre comporte certaines scènes d’une violence inouïe pour l’époque. Déjouant les codes de la censure, Stuart Heisler impose de nombreux thèmes et codifications propres au film noir : masochisme, corruption et ambition sans limite s’épanouissent, bien que le genre n’en soit encore qu’à ses débuts.


DvDRip: DivX 5,0 | 640x480 pixels | Mp3 44,100 Khz | IPS: 23,98
Archive: 699,8 Mo | RAR [7 x 97,7 Mo + 1 x 16,2)
Liens: --> Dossier RS