samedi 22 novembre 2008

Buster Keaton-1917-Coney Island

Coney Island
Fatty à la fête foraine


Réalisé par Roscoe "Fatty" Arbuckle sorti en 1917.


Distribution:

Roscoe "Fatty" Arbuckle : Fatty
Buster Keaton : le rival/policier
Agnes Neilson (la femme de Fatty)
Alice Lake
Joe Bordeaux : le bateleur au marteau/policier
Al St. John : le vieil ami de l'épouse de Fatty
Lydie Zarena
Alice Mann


Buster et Fatty, deux amis, veulent séduire la même femme. Dans un décor de fête foraine, les deux compères n'ont pas du tout la même méthode.




DivX 4,1,2 | 448x336 pixels | Mp3
258 Mo | RAR (2X97,7 Mo + 62,7)
--> 1 --> 2 --> 3


Alice Lake

Buster Keaton

Buster Keaton

Nom: Joseph Frank Keaton Junior
Naissance: 4 octobre 1895
Piqua, Kansas (États-Unis)
Mort: 1er février 1966
Hollywood, Californie (États-Unis)
Conjointe: Eleanor Norris, Natalie Talmadge

Buster Keaton (de son vrai nom Joseph Frank Keaton Junior, Buster étant un surnom générique signifiant aussi « casse-cou ») né le 4 octobre 1895 à Piqua (Kansas) et mort le 1er février 1966 à Hollywood (Californie), est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur américain. Humoriste célèbre pour son flegme, il fut entre autres surnommé « l'Homme qui ne rit jamais1 » par contraste avec Charles Chaplin.

Biographie

Premiers pas
Joseph Frank Keaton est né à Piqua, petite communauté de fermiers du sud-est du Kansas, le 4 octobre 1895 de Joseph Hallie Keaton et Myra Cutler Keaton, acteurs de cabaret. Un an plus tard, le surnom de "Buster" lui est attribué. D'après la légende, c'est Harry Houdini qui en serait à l'origine mais il est plus vraisemblable qu'il fut inventé par son père. Dès octobre 1900, il rejoint ses parents sur la scène du Bill Dockstader's Wonderland Theatre de Wilmington (Delaware) et devient un membre salarié de leurs numéros.

Carrière hollywoodienne
Il est l'une des références du film comique et burlesque, et fut souvent cité comme son modèle par Charles Chaplin. Il apprend le métier de comique sur les planches de spectacles burlesques dès son plus jeune âge avec son père. Il débute comme acteur au cinéma muet aux côtés de Roscoe 'Fatty' Arbuckle. Sa première expérience sur les planches lui a donné une technique corporelle exceptionnelle, mais la piètre qualité de ses premiers spectacles lui a donné le désir de faire des films qui, eux, soient beaux et élégants et ses mises en scènes sont magnifiques. C'est donc en une seule décennie (de 1920 à 1930) que Keaton va réaliser et interpréter une dizaine de films qui feront date dans l'histoire du cinéma. Il créera un personnage introverti mais téméraire toujours en quête d'amour.

Cliquez pour agrandir

Son chapeau canotier sur la tête, Keaton explorera au travers de ses films plusieurs thèmes qui feront de son œuvre une œuvre brillante,sincère et jalonnée bien souvent de faits historiques mais remodelés avec la finesse, la précision et l'humour du cinéaste (la préhistoire avec Les Trois âges, la guerre de sécession avec Le Mécano de la « General », le Far West avec Go West). Parmi les thèmes de prédilection de Keaton, nous retrouvons l'entêtement de son personnage, ce désir d'aller de l'avant. Keaton considère qu'il faut essayer, que l'immobilisme est source de régression, son œuvre est remplie d'optimisme. Il en résulte un cinéma en perpétuel mouvement, des films millimétrés où le grain de sable (volontaire, car voulu par le cinéaste pour faire évoluer son personnage) fait partie intégrante du film. Chez Keaton, chez lui, le mouvement est sans cesse ralenti par un impondérable contre lequel le personnage lutte afin de retrouver un équilibre entre la situation actuelle et ce qu'elle aurait du être. Il en résulte des gags et circonstances jamais hasardeux, Keaton fut un mathématicien du gag, ceux-ci étaient étudiés, travaillés et réfléchis, dans la majeure partie de son œuvre, Keaton fait preuve de cette inventivité faussement facile. Précurseur d'un art nouveau en passe de devenir un art majeur, Keaton à contribué (comme Chaplin, David W. Griffith, Fritz Lang, Murnau, Eisenstein, Victor Sjöstrom et quelques autres) à faire changer de dimension le cinéma, qui en est sorti grandi. Mais comme beaucoup de cinéastes à cette époque le cinéma muet avait son propre langage et l'arrivée du parlant (un peu avant 1928) changea ce langage.

Cliquez pour agrandir
2083x2413 pixels (5,0 Mgpixels)
72x72 ppi | 1,3 Mo | RS

Keaton va devenir un réalisateur obsolète tout en étant un créateur de génie. Ce paradoxe tient du fait que Keaton était devenu un Artiste complet, maitrisant son Art dans toute ses dimensions. Keaton ne se servait pas du cinéma pour faire des films, les films de Keaton étaient autonomes, et les spectateurs, à cette époque là, comprenaient parfaitement son cinéma. Le parlant ne pouvait que lui être fatal, cette chute n'est pas une fatalité, Keaton était un visuel dont la mécanique cinématographique s'inscrivait uniquement sur une construction rythmée, les films de Keaton n'avaient pas besoin de paroles, ils parlaient d'eux mêmes. Keaton garda son personnage mais il lui greffa des paroles, il fit rire avec des mots, alors que son art était purement visuel. L'engrenage était en marche, les studios continuèrent à faire avec lui du "Keaton parlant", mais cela ne fonctionna pas. Le déclin était en marche. Keaton ne prit jamais soin de protéger son œuvre, sa liberté de créer, marié à une fille d'un Nabab Hollywoodien, le parlant, le profil, la naïveté de Keaton font que ce dernier fut remisé comme faire valoir et son déclin était inéluctable.

Cliquez pour agrandir

Déclin
Les premiers "essais" cinématographiques de Keaton n'eurent que peu de succés, sa voix dépareillait avec son personnage, son attitude et son jeu s'en trouvèrent modifié, sa légèreté et son inventivité comique sont reconverties en simples gags verbaux auxquels Keaton ne peut se résoudre et très vite il perdit le contrôle artistique de ses films, ce qui porta un coup fatal à sa carrière. Buster Keaton souffrira terriblement de la perte de son autonomie artistique, dès 1930, après son dernier chef-d'œuvre, Le Cameraman,son mariage avec Natalie Talmadge (la fille d'un grand producteur hollywoodien) bat de l'aile , il est mis à l'écart des studios et plonge dans la dépression et l'alcool. Keaton se voit adjoindre un partenaire pour ses films suivants (comme Jimmy Durante, comique respectable mais envahissant et terriblement bavard). Durant presque quarante ans, Keaton ne fera plus que des films moyens (pour ne pas dire médiocres), ces films seront contrôlés voire corrigés par Hollywood, il ne sera plus réalisateur mais simple faire valoir tant sur l'écran qu'à l'affiche. Des réalisateurs lui sont attribués (Edward Sedgwick notamment). Cependant on le retrouvera dans de petits rôles, il joue au bridge dans Boulevard du crépuscule monument cinématographique signé Billy Wilder (avec, présent dans le film, un autre "exclu" d'Hollywood, l'immense Erich Von Stroheim). On le verra également dans Les Feux de la rampe, film de Chaplin qui réunit les deux plus grands comiques cinématographiques pour quelques scènes immortelles comme celle du maquillage dans la loge et plus tard Chaplin et Keaton sur scène, deux clowns vieillissants et oubliés. Il fera aussi quelques "caméras cachées" où éclate au travers de quelques gags truculents, le vrai visage de Keaton.

Buster dût attendre le début des années soixante pour connaître un nouveau succès avec la ressortie de ses meilleurs films (Le Mécano de la Général, Sherlock Jr., La croisière du Navigator...), de jeunes réalisateurs comme Richard Lester, se sont entêtés à retrouver les négatifs originaux pour pouvoir toucher un nouveau public qui reconnut, enfin, le génie de Keaton.

Cliquez pour agrandir

Dernières années
En 1940, en troisièmes noces, il épousa Eleanor Norris, qui comme pour Charles Chaplin avec Oona O'Neill, restera son épouse jusqu'à sa mort.

Buster Keaton reçoit un oscar en 1959 pour l'ensemble de sa carrière.

Le 1er février 1966, Buster Keaton meurt d'un cancer du poumon à l'age de 71 ans à Woodland Hills en Californie. Son état critique ne lui fut jamais diagnostiqué, il pensait avoir contracté une simple bronchite. Confiné dans un hôpital les derniers jours de sa vie, il parcourait sa chambre sans trouver le repos. Dans un documentaire sur sa carrière, sa veuve Eleanor déclarait qu'il jouait aux cartes avec des amis la nuit avant sa mort.3 Pour arrêter de fumer quelques années auparavant il avait construit dans son garage un train électrique assez long, et sur les bons conseils d'Eleanor, il posait sa cigarette dans un des petits wagons et ne prenait qu'une bouffée au passage du train, tous les 4 tours. Eleanor meurt en 1998, également d'un cancer du poumon.

Lors d'une conversation avec Peter Bogdanovich, Keaton avait confié : "je souhaiterai être mis en terre avec un jeu de carte et une rose afin d'être prêt à toute éventualité..."


Filmographie (*)
----------
1917
Fatty Boucher (The Butcher Boy)
Fatty en bombe (A Reckless Romeo)
Fatty chez lui (The Rough House)
La Noce de Fatty (His Wedding Night)
Fatty docteur (Oh, Doctor!)
Fatty à la fête foraine (Coney Island)
Fatty m’assiste (A Country Hero)

1918
Fatty bistrot (Our West)
Fatty Groom (The Bell Boy)
La Mission de Fatty (Moonshine)
Fatty à la clinique (Good Night Nurse)
Fatty cuisinier (The Cook)

1919
Fatty cabotin (Back Stage)
Fatty au village (The Hayseed)

1920
Le Garage infernal (ou Fatty et Malec garagistes) (The Garage)
La Maison démontable (One Week)
The Saphead
Malec champion de golf (Convict 13)
L'Épouvantail (The Scarecrow)
La Voisine de Malec (ou Voisin Voisine) (Neighbors)

1921
Malec chez les fantômes - (The Haunted House)
La Guigne de Malec - (Hard Luck)
Malec champion de tir - (The High Sign)
Malec l'insaisissable - (The Goat)
Frigo fregoli - (The Playhouse)
Frigo capitaine au long cours - (The Boat)


Cliquez pour agrandir


1922
Malec chez les Indiens - (The Paleface)
Frigo déménageur - (Cops)
Le Neuvième mari d'Eléonore - (My Wife's Relations)
Malec forgeron - (The Blacksmith)
Frigo l'esquimau - (The Frozen North)
Grandeur et décadence - (Daydreams)
Frigo à l'Electric Hotel - The Electric House

1923
Malec aéronaute - (The Balloonatic)
Frigo et la baleine - (The Love Nest)
Les Trois Âges - (The Three Ages)
Les Lois de l'hospitalité - (Our Hospitality)

1924
Sherlock Junior - (Sherlock, Jr.)
La Croisière du Navigator (The Navigator)

1925
Les Fiancées en folie (Seven Chances)
Go West - Ma vache et moi

1926
Le Dernier Round (Battling Butler)
1927
Le Mécano de la « General » (The General)
College (Sportif par amour)

1928
Cadet d'eau douce (Steamboat Bill Jr.)
Le Cameraman (The Cameraman)

1929
Le Figurant (Spite Marriage)
Hollywood chante et danse (The Hollywood Revue of 1929)

1930
Free and Easy (Le Metteur en scène)
Doughboys (Buster s’en va-t-en guerre)

1931
Parlor ,Bedroom and Bath (Buster se marie)
Sidewalks of New York (Buster millionnaire)

1932
The Pationate Plumber (Le Plombier amoureux)
Speak Easily (Le Professeur)

1933
Le Roi de la bière (What! No Beer?)

Cliquez pour agrandir

1934
The Gold Ghost (Shériff malgré lui)
Allez oop (L’Horloger amoureux)
Le Roi des Champs-Élysées (en France)

1935
Palooka from Pacudah
One Run Elmer (Les Rivaux de la pompe)
Hayseed Romance (Romance dans le foin)
Tars and Stripes (Héros de la Marine)
The E-flatt
The Timid Young Man
La Fiesta de Santa Barbara

1936
The Invader (en Grande-Bretagne)
Three on a Limb (Trois prétendants)
Grand Slam Opera
Blue Blazes (L’As du feu)
The Chemist (Le Chimiste)
Mixed Magic (Le Magicien)

1937
Jail Bait (Candidat à la prison)
Ditto (Dito)
Love Nest on Wheels (La Roulotte d’amour)

1939
Pest from the West
Mooching Through Georgia

1940
Nothing But Pleasure
Pardon My Berth Marks
The Taming of the Snood
The Spook Speaks
The Villain Still Pursued Her
Li'l Abner
His Ex Marks the Spot

1941
So You Won't Squawk
General Nuisance
She's Oil Mine

1943
Forever and a Day
1944
San Diego I Love You

Cliquez pour agrandir
2478x2467 pixels (6,1 Megapixels)
300x300 ppi | 3,1 Mo | RS

1945
That's the Spirit
That Night with You

1946
God's Country
Easy to Wed
Moderno Barba Azul, El

1949
Colmillo de Buda, El
The Lovable Cheat
You're My Everything
In the Good Old Summertime

1950
Boulevard du crépuscule (Sunset Boulevard)
1952
Paradise for Buster
Les Feux de la rampe (Limelight)

1965
Beach Blanket Bingo
How to Stuff a Wild Bikini
Sergeant Dead Head


Cliquez pour agrandir
4182x5990 pixels (25,1 Megapixels)
72x72 ppi | 3,1 Mo | RS


(*) Je n'ai pas tous les films de Buster Keaton. J'en ai suffisamment pour justifer cette présentation. Je les mettrai par bloc années.
Si vous avez des Keaton, c'est le moment de les partager

Kraehn, Jean-Charles

Kraehn, Jean-Charles
Scénariste Dessinateur
Né le 27/06/1955 à Saint Malo (Bretagne).

Après des études supérieures et une formation graphique, Jean Charles Kraehn se dirige vers le dessin. Il travaille pour plusieurs éditeurs jeunesse (Hachette, etc) sur des livres d'histoire pour lesquels il réalise de nombreuses illustrations. Il vient à la BD en 1984 avec la série Les Aigles décapitées (scénario de Pellerin) ; série qu’il animera seul à partir du quatrième album, puis avec le concours de Michel Pierret au dessin. Ensuite, il publie la série Bout d'Homme (toujours chez Glénat) dont il est scénariste et dessinateur. Nouvelle étape en 1993 où il propose à Dargaud le scénario de Tramp qui sera dessiné par Patrick Jusseaume. En 1996, il débute aux éditions Glénat une nouvelle série policière : Gil Saint-André. A partir du troisième épisode, il confie le dessin à Sylvain Vallée, jeune dessinateur de 28 ans qui a déjà publié un polar, "L’Ecrin", aux éditions du Cycliste.


Les aigles décapitées

01-La nuit des jongleurs
02-L'héritier sans nom
03-Les éperons d'or
04-L'hérétique 05-Saint Malo de l'Isle
06-Alix
07-La prisonnière du donjon
08-La marque de Nolwenn
09-L'otage
10-L'héritier de Crozenc
11-Le loup de Cuzion
12-L'esclave 13-La princesse Mordrie
14-Les hommes de fer
15-Mahaut !
16-La guerre des aigles
17-Le châtiment du banni
18-L'écuyer d'Angoulesme


PDF | 312,5 Mo | RAR (3X97,7 Mo + 19,5)
Segment --> 1 --> 2 --> 3 --> 4

Jpg | Zip | Tomes--> 1 --> 2 --> 3 --> 6--> 7 --> 8 --> 9 --> 10 --> 11
--> 12
Merci à Davy12


Gil St-André

01-Une Etrange Disparition
02-La Face Cachée
03-Fugitif
04-Le Chasseur
05-Enquêtes Parallèles
06-Soeurs De Larmes


Merci à Davy12



Bout d'homme

01-L'enfant et le rat
02-La parade des monstres
03-Vengeance
04-Karriguel an Ankou





Le Ruistre

1 - Montorgueil
2 - Femme aurimonde

Merci à Davy12


vendredi 21 novembre 2008

Long Long Long
The Beatles
(George Harrison).


Le neveu de Rameau [Livraphone]

Denis Diderot
Le neveu de Rameau

Lu par Denis Podalydes
Durée : 3 h

Qu'il fasse beau, qu'il fasse laid, c'est mon habitude d'aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal. C'est moi qu'on voit, toujours seul, rêvant sur le banc d'Argenson, je m'entretiens avec moi-même de politique, d'amour, de goût ou de philosophie. J'abandonne mon esprit à son libertinage. Je le laisse maître de suivre la première idée sage ou folle qui se présente, comme on voit dans l'allée de Foy nos jeunes dissolus marcher sur les pas d'une courtisane à l'air éventée, au visage riant, à l'oeil vif, au nez retroussé, quitter celle-ci pour une autre, les attaquant toutes et ne s'attachant à aucune. Mes pensées, ce sont mes catins.




jeudi 20 novembre 2008

Portrait d'un assassin

Portrait d'un assassin
1949 - 1hre 40min


Réalisateur: Bernard-Roland
Scénario : Marcel Rivet et Henri Decoin
Adaptation et Dialogue : Charles Spaak, François Chalais



Distribution:

Maria Montez : Lucienne de Rinck, l'impresario
Erich von Stroheim : Éric
Arletty : Martha, la femme de Fabius
Pierre Brasseur : Fabius, l'acrobate à moto
Marcel Dalio : Fred
Marcel Dieudonné : Prosper




Jules Berry : Pfeiffer
Edy Debray : L'annonceur
Julien Maffre : Un valet de piste
Edouard Francomme : Un valet de piste
Marcel Rouzé : Le majordome de Lucienne
Natol


La belle Lucienne est un impresario redoutable, sorte de mante religieuse. L'acrobate Fabius est poussé par elle à exécuter le looping de la mort. Un ancien amant de Lucienne met en garde Fabius contre cette femme maléfique, lui-même est au bout de la déchéance. Fabius n'écoute rien et laisse sa femme mourir à l'hôpital. Ce n'est qu'après avoir accompli l'effrayant looping qu'il fait justice en tuant Lucienne.





DivX 5,0 | 640x464 pixels | Mp3
649,5 | RAR (6X97,7 Mo + 63,6)
--> 1 --> 2 --> 3 --> 4 --> 5 --> 6 --> 7

Maria Montez

mardi 18 novembre 2008

Chabrol 1978-Violette Nozière

Violette Nozière
1978 - 2hre 10min


Réalisation : Claude Chabrol


Distribution:

Isabelle Huppert : Violette Nozières
Stéphane Audran : Germaine Nozières
Jean Carmet : Baptiste Nozières
Jean-François Garreaud : Jean Dabin
Lisa Langlois : Maddy
Bernadette Lafont : La co-détenue
Guy Hoffmann : Le juge
Jean Dalmain : Émile
François Maistre : M. Mayeul
Philippe Procot : Me Vésine-Larue
Bernard Alane : Le fils Pinguet
Mario David : Le directeur de la prison



Henri-Jacques Huet : Le commissaire Guillaume
Fabrice Luchini : Camus, l'étudiant
Greg Germain : Le musicien noir (sous le nom de "Grégory Germain")
Zoé Chauveau : Zoé
Maurice Vaudaux : Willy
Dora Doll : Mme Mayeul
Bruno Rozenker : L'étudiant au café
Jean-Pierre Coffe : Le docteur Déon
Jean Parédès : Le chanteur de la complainte
Dominique Zardi : Le garçon de café
Henri Attal : Un badaud


Evocation du célèbre parricide des années trente qui fascina les surréalistes. L'histoire d'une jeune fille qui tue père et mère pour échapper à une atmosphère familiale étouffante et retrouver les étudiants du Quartier latin.




Generic MPEG-4 | 576x352 pixels | Mp3
1,03 Go | RAR (10X97,7 Mo + 79,3)
--> 1 --> 2 --> 3 --> 4 --> 5 --> 6 --> 7 --> 8 --> 9 --> 10 --> 11

Bernadette Lafont
Cliquez pour agrandir