dimanche 19 juin 2016

Cayatte-1971-Mourir d'aimer


Mourir d'aimer
1971 - 1hre 49
Xvid | 640x384 | Mp3 | 1,1 Go

 photo aff_mourir_aimer-2.jpg
Mourir d'aimer
1971 - 2hres
---

Annie Girardot
---


 photo aff_mourir_aimer-3.jpgMourir d'aimer
1971

Réalisateur: André Cayatte
Assistants réalisateur: Jacques Bourdon et Alain Bonnot
Scénariste: André Cayatte et Albert Naud
Dialoguiste: Pierre Dumayet

Distribution:

Annie Girardot (Danièle Guénot)
Bruno Pradal (Gérard Leguen)
François Simon (Monsieur Leguen) • Monique Mélinand (Madame Leguen) • Jean-Paul Moulinot (Monsieur Guénot) • Claude Cerval (le juge) • Jean Bouise (le juge des mineurs) • Nathalie Nell (Thérèse) • Marcel Pérès (le grand-père) • Marcelle Ranson (la voisine) • Marius Laurey (Monsieur Arnaud) • Marcel Gassouk (l'employé de la prison) • Jacky Blanchot (l'inspecteur) • Daniel Bellus (Jean-Luc) • Bernard Jeantet (Alain) • Nicolas Dumayet (Marc) • Clément Thierry (l'ex-mari de Danièle) • Yves Barsacq (l'ami) • Jean Minisini (l'infirmier) • Charles Millot (le faux juge) • Florence Blot (l'avocat) • Marie-Hélène Breillat (le Serpent)

Danielle Guenot, 32 ans, divorcée avec deux enfants, était professeur de latin-français dans un lycée de Rouen, un professeur jeune, moderne que les étudiants adoraient. Le joli mois de mai 68 fondit sur la France. Dans l'exaltation, l'enthousiasme du renouveau, Danielle et un de ses élèves, Gérard Le Guen, âgé de 17 ans, s'aperçurent qu'ils s'aimaient. Les parents de Gérard, qui se plaisaient pourtant à afficher des idées libérales, portèrent plainte pour détournement de mineur. On fouilla, on étala la vie de Danielle Guenot. L'Education Nationale la menaça d'exclusion. La justice se mit en branle : on envoya Gérard en pension ; il s'en évada. On le cloîtra dans un asile psychiatrique. On enferma Danielle Guenot en prison parmi des criminelles, des droguées, des prostituées ; elle sortit de cet enfer après que Gérard eut rejoint ses parents. Malgré les épreuves, l'amour de Danielle et de Gérard était resté intact. Ils décidèrent de lutter face à l'opinion. Tout recommença alors. Danielle retourna en prison pour un « crime » qu'elle ne comprenait pas. Et l'espoir l'abandonna peu à peu. Pourtant un procès eut lieu, qui l'amnistia. Mais les Le Guen se portèrent en cassation. Danielle réalisa que l'«affaire Guenot» qui s'ébruitait de plus en plus, ne finirait jamais. Lorsqu'on souffre, il suffit d'un malentendu pour se croire abandonnée, il suffit d'une lettre non reçue à temps pour qu'une femme moralement brisée se suicide.

 photo caps_mourir_aimer-1.jpg
 photo caps_mourir_aimer-2.jpg photo caps_mourir_aimer-3.jpg
 photo caps_mourir_aimer-4.jpg photo caps_mourir_aimer-5.jpg
 photo caps_mourir_aimer-6.jpg photo caps_mourir_aimer-7.jpg
 photo caps_mourir_aimer-8.jpg photo caps_mourir_aimer-9.jpg
 photo caps_mourir_aimer-10.jpg photo caps_mourir_aimer-11.jpg
 photo caps_mourir_aimer-12.jpg photo caps_mourir_aimer-13.jpg
 photo caps_mourir_aimer-14.jpg
 photo caps_mourir_aimer-15.jpg photo caps_mourir_aimer-16.jpg
 photo caps_mourir_aimer-17.jpg photo caps_mourir_aimer-18.jpg
 photo caps_mourir_aimer-19.jpg photo caps_mourir_aimer-20.jpg
 photo caps_mourir_aimer-21.jpg photo caps_mourir_aimer-22.jpg
 photo caps_mourir_aimer-23.jpg photo caps_mourir_aimer-24.jpg
 photo caps_mourir_aimer-25.jpg


Xvid | 640x384 | Mp3 | 1,1 Go

 photo gr_mourir_aimer-1.jpg
 photo gr_mourir_aimer-2.jpg  photo gr_mourir_aimer-4.jpg
 photo gr_nb_mourir_aimer-2.jpg


Annie Girardot
 photo annie_girardot_031.jpg

Aucun commentaire: