mardi 22 mars 2016

Bergman-1960-La source


La source
Jungfrukällan
1960 - 1hre 35 -VoStFr incrustés
Xvid | 496x368 | Mp3 | 689 Mo

 photo aff_source-2.jpg
La source
Jungfrukälla
1960 - 1hre 35 -VoStFr
---
Court extrait
 ---

Réalisation : Ingmar Bergman
Scénario : Ulla Isaksson

 photo la_source_001.jpg

Distribution:

Birgitta Pettersson : Karin
 photo la_source_004.jpg
  
Gunnel Lindblom : Ingeri
 photo la_source_003.jpg

Max von Sydow : Töre
Birgitta Valberg : Märeta
 photo la_source_005.jpg
  
Axel Düberg: berger maigre 
Tor Isedal: berger muet 
Ove Porath : enfant 
Allan Edwall : mendiant 
Oscar Ljung : Simon 
Gudrun Brost : Frieda 
Axel Slangus: gardien du pont. 
Tor Borong : valet de ferme 
Leif Forstenberg : valet de ferme

 photo la_source_002.jpg

Ingeri la noire se lève à l'aube pour allumer le feu à la ferme du riche Töre ; elle porte dans ses flancs le fruit d'un instant de passion et elle jalouse la blonde Karin, belle et pure, l'enfant gâtée de la maison. Elle la jalouse et au lieu de se confier en Dieu, elle sacrifie à Odin, le Dieu du feu de ses pères païens, jetant, par jalousie, un sort à Karin. Eveillée par sa mère. Dame Mareta, celle-ci se prépare à aller au village faire à la messe l'offrande des cierges. Coquette, elle se pare de ses plus beaux atours ; Märeta et Tore disent adieu à leur fille unique qu'accompagne Ingeri.

 photo la_source_007.jpg
 
 photo Gunnel Lindblom.jpg
 photo gr_source-5.jpg  photo gr_source-6.jpg
 photo gr_source-7.jpg  photo gr_source-8.jpg
 photo gr_source-1.jpg  photo gr_source-2.jpg photo gr_source-3.jpg  photo gr_source-4.jpg

1 commentaire:

jjr4 a dit...

Ah shame shame shame, qu'en est il de ce blogmaster qui ne conçoit aucune honte à créer des addicts! La filmodépendance est cependant si proche, on tente un post comme ça pour voir, on se dit oui bergman c'est de la pelloche douce, ça peut pas être dangereux, et avant de s'en rendre compte on binge download tout ce qu'on trouve, les nuits blanches s'emplissent de Silence, de Visage, et de plus de sceaux que je ne peux en compter. Et le pire, oui, le pire, c'est qu'on a envie de dire merci au dealer! Merci, merci, merci, c'est trop bon.