samedi 23 février 2013

Molinaro-1971-Les aveux les plus doux


Les aveux les plus doux
1971 - 1hre 30
Generic MPEG-4 | 784x432 pixels | Mp3 | 1,3 Go





Les aveux les plus doux
1971 - 1hre 30
---

---
Réalisation : Édouard Molinaro
Scénario : Jean-François Hauduroy et Édouard Molinaro, d'après le roman de Georges Arnaud


Distribution:

Philippe Noiret : Inspecteur Muller

Roger Hanin : Inspecteur Borelli

Marc Porel : Jean Dubreuil

Caroline Cellier : Catherine
Photobucket


N. Agoulmine : Le jeune policier
Jean-Pierre Garrigues :le chef gendarme
Hassan El-Hassani : Le notaire
Gérard Landry : Lopez
Léa Nanni : Elsa

Raymond Louzoum : Henri
Abdelhalim Rais : Le patron du café
Giuseppe Addobbati : Le maire



Lopez, le patron du cirque, reconnut formellement la photo du garçon qui l'avait menacé dans le noir de la roulotte, alors qu'il s'apprêtait à y déposer la recette de la soirée. Les inspecteurs Muller et Borelli arrêtèrent Jean Dubreuil, un récidiviste, fiché pour menus larcins. L'affaire était cette fois autrement plus grave, puisqu'un employé du cirque était mort des suites de ses blessures. Jean nia. Muller, puis Borelli, questionnèrent Catherine, la fiancée de Jean. Elle nia également. Comme la série d'interrogatoires violents s'avéraient infructueux, Borelli eut une idée : il fallait que Catherine épousât Jean. D'abord interdits et méfiants, les jeunes gens acceptèrent.


Après la cérémonie, malgré leur promesse de laisser pour un temps ensemble les jeunes mariés, Borelli et Muller, patelins et sadiques, instaurèrent un effroyable jeu du chat et de la souris en excitant et en humiliant leurs victimes. Jean, à bout de nerfs, accepta de se reconnaître coupable, afin de gagner, par ses aveux, les moments les plus doux qu'on lui faisait miroiter, Mais il fallait à Muller et à Borelli le nom de ses complices. Jean résista. Après des heures d'humiliations, le jeune homme, roué de coups, à la dignité soudain révélée dans la plus grande misère, retourna en prison. Les inspecteurs quittèrent la mairie, fâchés de ce demi-échec. Et, restée seule, Catherine, sans doute pour provoquer une enquête, s'ouvrit les veines.


Generic MPEG-4 | 784x432 pixels | Mp3 | 1,3 Go

http://www.multiup.org/fr/project/0f30899925d1924b080129a0125963f4
 
 Imagerie




1 commentaire:

Anonyme a dit...

Génial ! Je le cherchais justement.
Ainsi que "Oeil pour oeil" de Cayatte mais ça...hein ?