mardi 28 juin 2016

Gainville-1973-Le complot

Le complot
1973 - 2 hres
DivX 5,0 | 672x480 pixels | Mp3 | 980 Mo

Le complot
1973 - 2 hres
---

Marina Vlady et Jean Rochefort
---
Réalisation : René Gainville
Scénario : René Gainville et Jean Laborde


Distribution:

Jean Rochefort : commandant Dominique Clavet

Michel Bouquet : commissaire divisionnaire Lelong

Michel Duchaussoy : lieutenant Leblanc
Raymond Pellegrin : Paraux

Marina Vlady : Christiane

Gabriele Tinti

Simon Andreu
Maurice Biraud
Robert Castel
Daniel Ceccaldi



En 1962, les activistes de l'O.A.S. préparent l'évasion du Général Challe, emprisonné à Tulle. Ceci afin d'empêcher l'abandon de l'Algérie par la France. Dominique Clavet, officier qui ne veut pas trahir le serment fait à ses hommes de continuer la lutte, apprend l'arrestation de son chef direct, surnommé Cyrus. C'est donc lui qui doit prendre sa place. Sa femme se doute de quelque chose quand elle le voit se déplacer fréquemment, mais elle ne dit rien. Pour avoir de l'argent, Clavet montera un hold-up dirigé par un soldat qu'il a fait évader du Val-de-Grâce. Un dépôt d'armes sera pillé et le produit du vol réparti entre les participants à l'opération de l'enlèvement. Pendant ce temps, le commissaire Lelong, aidé d'un chef "barbouze", cherche des renseignements sur la conjuration. Il interroge des traîtres, des indicateurs, des hommes prêts à vendre leurs amis. Lelong n'aime pas sa besogne, mais il est loyal à son gouvernement de la même façon que Clavet reste fidèle à la parole donnée de conserver l'Algérie à la France. Sur la route de Tulle, les policiers de Lelong intercepteront le convoi des conjurés. Seuls deux d'entre eux, assoiffés de sang, déclencheront une fusillade et mourront.




3 commentaires:

Arthur a dit...

troublant : l'OAS est décrite dans ce film de manière très romantique, et il y semble bien que sa cause est, sinon juste, tout au moins légitime - et d'autant plus légitimée qu'elle est perdue.

Sinon, les acteurs sont formidables, mais on se demande ce qu'ils font là. La mise en scène est efficace mais sans génie. Et l'OAS était une organisation colonialiste, raciste et fascisante : une bande de tueurs. Troublant, vraiment : en 1973 il se tournait donc des films pareils ? On a le droit de préférer, sur le même thème, le formidable Chacal...

Kattous13 a dit...

La guerre d'Algérie est fini depuis 54 ans, et ce n'est pas ce film ou nos commentaires qui changeront l'histoire. Profitons de la paix et de l'amitié qui unit nos deux peuples, sans rancune, sans nostalgie et sans polémique; projetons-nous vers l'avenir, sereinement.

Anonyme a dit...

Merci beaucoup pour ce films