lundi 21 décembre 2015

Rigaud-1964-Les gros bras

Les gros bras
1964 - 1hre 20
DivX 5,0 | 700x460 pixels | Mp3 | 845 Mo

Les gros bras
1964 - 1hre 20
---

---
Réalisation : Francis Rigaud
Scénario : Claude Viriot, Jacques Vilfrid
Adaptation et dialogues : Jacques Vilfrid
Assistant réalisateur : Jacques Corbel

Photobucket

Distribution:

Roger Pierre : Philippe Bareil, le fiancé de Nicole et photographe de l'agence
Jean-Marc Thibault : Jean Rodin, le frère de Nicole, réalisateur de roman-photo

Photobucket

Patricia Viterbo : Nicole Rodin, la fiancée de Philippe et sœur de Jean



Claudine Coster : Barbara Jones, la danseuse



Yvonne Clech : Graziella Andromèze
Photobucket

Francis Blanche : Mr Pédro Andromèze
Photobucket

Darry Cowl : Ludovic Gabasse, le patron de l'agence de roman-photo
Photobucket

Daniel Ceccaldi : Giovanelli, le voleur de bijoux
Jean Galland : Le directeur de l'hôtel
Jacques Castelot : Otto Werner
Jacques Legras : L'expert en bijouterie
Jean-Loup Philippe : Éric, le frère de Barbara
Charles Bouillaud : Le concierge de l'hôtel "Prince de Galles"
Henri Djanik : Kramil, un joueur de poker
Fernand Guiot : Le commissaire


Photobucket

Descendant d'avion à Orly, une passagère est délestée d'un superbe bracelet de diamants que le voleur, pour passer la douane, glisse dans le sac d'une jeune fille, Nicole. Lorsque Jean, son frère, et Philippe, son fiancé, trouvent le bijou qui est tombé de son sac, ils quittent de toute urgence l'atelier de Ludovic, patron farfelu pour lequel ils réalisent des romans-photo, pour se mettre à la poursuite de leur soeur et fiancée, elle-même poursuivie par le galant voleur qui voudrait bien récupérer le précieux dépôt. Les journaux annoncent le vol du bijou et les jeunes gens comprennent que sa présence entre les mains de Nicole est fortuite. Ils se précipitent donc à l'hôtel « Prince de Galles » où est descendue l'infortunée propriétaire, Mme Andromes, pour lui rendre son bien. Celle-ci est ravie mais son mari, Brésilien explosif, l'est moins car il redoute l'expertise de la compagnie d'assurance : le bracelet est faux, l'original ayant été offert par lui à une jeune danseuse descendue au même hôtel, dont il brigue les faveurs.

Photobucket

Il faut donc sans tarder opérer la substitution : ce sont nos deux photographes qui vont employer toutes les ressources de leur fertile imagination pour retarder l'expertise et retrouver la trace du vrai bracelet car la jeune danseuse, impécunieuse, s'en est défait et l'a remplacé par une copie. De couloirs en escaliers, ils remontent la filière, aidés de Nicole, harcelés par le bouillant Mr. Andromes, suspectés par la police. Alors qu'ils touchent au but, le bracelet, le vrai cette fois-ci, est à nouveau dérobé sous leurs yeux par le même voleur. Mais celui-ci a été reconnu par la jeune fille : poursuite échevelée à travers l'hôtel qui se termine par un passage en tornade dans les cuisines où voltigent bientôt les tartes à la crème. Le voleur, essouflé, abandonne le bijou dans un seau à Champagne : tout est bien qui finit bien. Mais justement ce n'est pas fini : notre voleur obstiné, affublé d'une barbe, réussit à se faire engager par le trépident Ludovic, ce qui lui permet de voler encore une fois le fameux bracelet à Mme Andromes qui avait accepté de figurer dans le roman-photo inspiré par sa mésaventure.

Photobucket


Patricia Viterbo



Claudine Coster

1 commentaire:

Martin a dit...

L'affiche ressemble a du Keith Haring!