jeudi 12 mai 2016

Carné-1936-Jenny


Jenny
1936 - 1hre 30
DivX 5,0 | 696x520 pixels | Mp3 | 693Mo

Photobucket
Jenny
1936 - 1hre 30
---

---
Réalisation : Marcel Carné
Scénario : Pierre Rocher
Adaptation et dialogues : Jacques Prévert et Jacques Constant
Auteur de l'oeuvre originale: Pierre Rocher d'après le roman "Prison de velours"

Photobucket


Distribution:

Françoise Rosay : Jenny Gauthier
Photobucket


Albert Préjean : Lucien Dancret
Lisette Lanvin : Danielle Bricart
Photobucket

Charles Vanel : Benoît
Photobucket

Jean-Louis Barrault : Le Dromadaire
Sylvia Bataille : Florence
Margo Lion : Mme Vrack
Roland Toutain : Xavier
Robert Le Vigan : L'Albinos
Roger Blin : le malade solitaire
Marcel Mouloudji : le gosse
Pierre Piérade : le malade au jeu de dames
Génia Vaury : la dame au chien
Enrico Glori : le fêtard italien


Photobucket

  • C'est le premier long métrage de Marcel Carné et sa première collaboration avec Jacques Prévert

Photobucket

Danielle découvre que sa mère, Jenny, est tenancière d'une boîte de nuit. Un client tente de la violer et elle est sauvée par Lucien, l'amant de sa mère. Lucien, qui a l'âge de Danielle, en tombe amoureux. Jenny s'efface pour assurer le bonheur des jeunes gens.
Photobucket


Lisette Lanvin
Photobucket

1 commentaire:

Anonyme a dit...

Carné est déjà très grand avec ce premier long métrage. Magnifiques plans intérieurs, contrastes avec les exterieurs (l"échappée de Lucien et Daniele sur les quais, au café... rappelle Nogent, eldorado... mais aussi les futurs Quai des brumes, Hotel du nord). On voit déjà tout le plaisir de Prévert à installer une dizaine de personnages forts en arrière plan, qui sont saisissants en quelques scènes seulement (Margo Lion, superbe en double déchu de Jenny, et Dromadaire-JL barrault- , L'Albinos -Le Vigan-, Le marquis (qui reste en rade avec son caniche), le clochard du café qui lit les lignes de la main...) Merci Richard pour avoir posté ce film qui n'est jamais tellement cité dans les grandes films de Carné. pourtant,même le jeu des comédiens me parait étonnament plus moderne que celui des Tricheurs, que je trouve affreusement surfait et démodé. Il y a dans Jenny une grande élégance du style et une sureté du metteur en scène. On comprend que le tandem ait pu signer Les enfants du paradis : Jenny est un galop d'essai superbe./
paul