mercredi 10 février 2016

Trumbo-1971-Johnny s'en va-t-en guerre


Johnny s'en va-t-en guerre 
Johnny Got His Gun
1971 - 1hre 51 - VFr
Generic MPEG-4 | 512x288 pixels | Mp3 | 691 Mo




Photobucket
Johnny s'en va-t-en guerre 
Johnny Got His Gun
1971 - 1hre 51 - VFr
---

---
Réalisation : Dalton Trumbo
Scénario : Dalton Trumbo, d'après son roman publié en 1939 et Luis Buñuel

Photobucket

Distribution:

Timothy Bottoms : Joe Bonham
Photobucket

Kathy Fields : la petite amie de Joe
Photobucket
Photobucket Photobucket

Donald Sutherland : Jésus Christ
Photobucket

Jason Robards : le père de Joe
Photobucket

Diane Varsi : la 4e infirmière
Photobucket
Photobucket Photobucket

Marsha Hunt : la mère de Joe
Eduard Franz : colonel (puis général) Tillery

Photobucket

Il s’agit d’un film américain de Dalton Trumbo, datant de 1971. L’acteur principal, Timothy Bottoms, joue un jeune soldat de celle qu’on a appelé la "der des der". Il se croyait en enfer, mais lorsqu’un obus le frappe et qu’il se réveille à l’hopital, amputé de ses quatre membres, défiguré, aveugle, sourd et muet, il réalise que là, il y entre véritablement. Incapable de communiquer, il nous entraîne dans le dédale de son cerveau intact, à la rencontre de la femme de sa vie, de ses parents. Nous revivons sa jeunesse dans l’Amérique profonde, légendaire et magnifique. Et puis, il y a le monde des rêves, où il ne sait plus s’il vit encore ici-bas ou ailleurs. Ses conversations avec Jésus donnent froid dans le dos.

Photobucket

Il rêve de deux manières Johnny : de façon traditionnelle, par nostalgie d’un passé merveilleux, pour assouvir ses fantasmes, dans l’espérance qu’il y ait une issue à l’état de léthargie où il végète ; Puis, de façon surnaturelle, Jésus "himself", ses parents, sa petite amie, viennent lui délivrer des messages, des encouragements, des conseils. Ce film est bouleversant. A tous les points de vue. Techniquement, d’une sobriété dans le jeu, dans l’image, de passages en noir et blanc ou en couleur ; Emotionnellement, par ce qu’il sous-entend, ce qu’il montre sans le dévoiler, par une infirmière féminine au-delà de sa condition de personnel soignant, des médecins militaires en-dessous de leur condition d’humain, un aumônier militaire écoeuré bien éloigné de sa condition de représentant de Dieu.

Photobucket

  • Festival de Cannes 1971 : Grand prix spécial du jury et Prix de la Critique internationale
  • « Festival des Festivals », Belgrade 1972 : Meilleur film

Photobucket

Generic MPEG-4 | 512x288 pixels | Mp3 | 691 Mo



Diane Varsi
Photobucket

3 commentaires:

bidaou a dit...

la première fois que j'ai vu ce film, j'ai pleuré...et il est resté gravé dans ma mémoire à jamais. C'est dur, violent, émouvant,effrayant,atroce, percutant... un petit chef d'oeuvre !!!le meilleur plaidoyer anti guerre réalisé, qui montre et pose la question de l'acharnement des médecins à vouloir tenir en vie au nom de la science, cet homme, qui lui n'a qu'une envie : d'en finir. un grand merci Ric

Anonyme a dit...

Un grand merci pour ce film, qui n'a rien perdu de son actualité.....
Une version anglaise, sans doute de moindre qualité est disponible là:
https://www.youtube.com/watch?v=Rdxlds6XHps

Monde en Question a dit...

J'ai une VOSTFR (900 Mo). Si ça intéresse quelqu'un...