mardi 30 août 2016

De Broca-1971-La poudre d'escampette




La poudre d'escampette
1971 - 2 hres
DivX 4,1,2 | 464x336 pixels | Mp3 | 835 M0







La poudre d'escampette
1971 - 2 hres
---

---
Réalisation : Philippe de Broca
Scénario : Philippe de Broca et Jean-Loup Dabadie


Distribution:

Marlène Jobert : Lorène


Michel Piccoli : Valentin

Michael York : Basil

Louis Velle : Paul-Émile
Amidou : Ali
Didi Perego : Renata
Jean Bouise : l'homme de la terrasse
Gene Moyle : le major anglais
Alan Scott : l'officier anglais de l'avion
Hans Verner : le major Becker
Gaetano Cimarosa : un soldat italien sur la plage
Umberto D'Orsi : le major Bruzzalini
Salvatore Ricciardella : Ambrosio
Ugo Fangareggi : l'adjoint
Luca Sportelli : Colombani
Leopoldo Trieste : le sergent du fort



Valentîn faisait du trafic entre la Tunisie et la Lybie sans se préoccuper le moins du monde d'un léger détail : la Seconde Guerre Mondiale. Aussi est-ce sans grand enthousiasme qu'il accueillit à bord de son rafiot en route vers le lieu d'une livraison d'armes, Basil, un jeune officier britannique, dont l'avion venait de s'écraser. Par la faute de l'Anglais, Valentin, soupçonné de sabotage, fut arrêté le soir même par l'armée italienne. Les choses se seraient sûrement mal terminées si Valentin, suivi de Basil, n'avait réussi à prendre la poudre d'escampette. Sur les toits ou ils s'étaient réfugiés, les deux hommes aperçurent une silhouette qui se dorait au soleil. Lorène, épouse du très (trop) neutre consul suisse, se décida à aider les fugitifs.


Profitant d'une réception offerte dans ses salons, elle réussit à cacher Valentin et Basil dans le consulat même puis, devant l'effroi de son époux timoré et gaffeur, à les faire sortir de la ville. Recherchés tous les trois, liés les uns aux autres, Lorène, Valentin et Basil, tentèrent de traverser le désert pour atteindre les lignes anglaises. Au fur et à mesure de leurs aventures tragi-comiques, naissaient entre eux l'amitié et l'amour. Le soir de Noël, ils aboutirent à un fort, bref havre de paix. Le lendemain, ayant "emprunté" un char allemand, ils foncèrent à travers les lignes ennemies. Tandis que Valentin retenait les Allemands, Lorène et Basil s'élancèrent vers l'infanterie anglaise en réclamant du secours. Mais, pour Valentin, le secours vint trop tard.






 photo marlene_jobert_031a_650.png

Aucun commentaire: