lundi 7 septembre 2015

Lord-1974-Bingo

Bingo
1974 - 1hre 58
DivX 5,0 | 720x544 pixels | AC3 | 672,3 Mo


 photo bingo-02.jpg
Bingo
1974 - 1hre 58
---

Alexandra Stewart
---

Réalisation : Jean-Claude Lord
Scénario : Jean-Claude Lord, Lise Thouin, Michel Capistran, Roch Poisson et Jean Salvy

 photo bingo-03.jpg

Distribution:

Réjean Guénette : François
 photo bingo-05.jpg

Anne-Marie Provencher : Geneviève
 photo bingo-04.jpg

Alexandra Stewart : Hélène
 photo Alexandra_Stewart_bingo-56.jpg
 photo Alexandra_Stewart_bingo-57.jpg  photo Alexandra_Stewart_bingo-58.jpg
 photo Alexandra_Stewart_bingo-59.jpg


Gilles Pelletier : Pierre
 photo bingo-06.jpg

Jean Duceppe : Eugène, le père de François
 photo bingo-08.jpg

Willie Lamothe : Albert
 photo bingo-07.jpg

Claude Michaud : Fernand
Manda Parent : Éva, la grand-mère de François
Janine Fluet : Madeleine
Louisette Dussault : Marie
Pierre Valcour : Bernard Léger, le chef de l'opposition
Marcel Sabourin : Le chef du parti indépendantiste
Denise Pelletier : Mme. Gendron
Roger Lebel : Le ministre de la Justice
Yvon Barrette : Un révolutionnarie

 photo bingo-11.jpg
 
François est un jeune photographe en herbe. Avec sa blonde, la douce Geneviève, il mène une existence tranquille. Le générique d'ouverture du film nous présente d'ailleurs des scènes amusantes, nous montrant combien François et Geneviève étaient insouciants et heureux avant les événements que le film s'apprête à raconter. Le père de François (Jean Duceppe) perd son emploi à cause d'une grève. Cet événement amène François à fréquenter les amis syndicalistes de son père, dont certains sont liés avec un groupe terroriste que l'on présume être de gauche. Ce groupuscule est dirigé par le mystérieux Pierre (Gilles Pelletier) . François commence par rendre de petits services au groupe, mais bientôt, il devient de plus en plus impliqué, convaincu qu'il se bat pour une bonne cause. C'est ainsi qu'il participe à l'enlèvement d'amis du gouvernement, puis à la pose de bombes. Mais ni François, ni ses amis (Louisette Dussault, Claude Michaud) ne se rendent compte que leurs agissements viennent en aide au chef de l'opposition officielle qui traînait de la patte dans les sondages, perdant des points au profit du tiers parti indépendantiste. François réalise à la toute fin du film qu'il ne fut qu'un jouet aux mains de l'ordre établi, mais il est trop tard.

 photo bingo-12.jpg

Écrit en 1968, avant les événements d’octobre 70 donc, mais réalisé en 1973, Bingo raconte l’histoire d’un jeune idéaliste manipulé et transformé en terroriste par des influences extérieures. « Je n’ai pas voulu faire un film politiquement engagé. J’ai voulu dire : cessez de vous faire “remplir” par des politiciens et même par des chefs syndicaux : ne faites pas confiance aveuglément à vos dirigeants; vérifiez toujours les décisions qu’ils prennent et les raisons pour lesquelles ils les prennent » disait Jean-Claude Lord à propos de ces intentions pour faire ce film.

 photo bingo-13.jpg




Alexandra Stewart

2 commentaires:

Anonyme a dit...

Film époustouflant qui marque et hante l'esprit bien longtemps après qu'on l'ait regardé.

Grégory Bélot a dit...

Merci grâce à vous je peux découvrir des films québécois d'un cinéma que j'apprécie, que sinon je n'aurai pas l'occasion de voir en France, car difficiles à trouver. Bonne soirée