samedi 24 septembre 2016

Zulawski-1981-Possession

Possession
1981 - 2hres -VoStFr
Xvid | 640x352 | Mp3 | 917 Mo


Possession
1981 - 2hres -VoStFr
---

---
Réalisation : Andrzej Zulawski
Scénario : Andrzej Zulawski et Frederic Tuten

 photo possession_063.jpg

Distribution:

Isabelle Adjani : Anna/Helen
 photo possession_066.jpg

 photo possession_067.jpg

Sam Neill : Mark
Margit Carstensen : Margit Gluckmeister
 photo possession_065.jpg

Heinz Bennent : Heinrich
Johanna Hofer : Heinrich's mother
Carl Duering : Detective
Shaun Lawton : Zimmermann
Michael Hogben : Bob


 photo possession_072.jpg

Quand Marc rentre à Berlin, après avoir été mêlé à de mystérieuses affaires de drogue, il promet à Anna de rester désormais avec elle et leur fils Bob. Mais Anna, constamment sortie, n'est plus la même et intrigue Marc. Celui-ci apprend par une amie qu'elle entretiendrait une liaison avec un certain Heinrich. Une violente dispute dans un café semble consacrer la rupture définitive du couple. Mais Anna revient périodiquement préparer les repas de Bob, ce qui donne lieu à des conflits parfois sanglants avec Marc. Le reste du temps, c'est lui qui s'occupe de son fils et l'emmène à l'école dont l'institutrice est le parfait sosie d'Anna, en plus douce, et deviendra, l'espace d'une nuit, la maîtresse de Marc. Contacté par Heinrich, il se rend chez lui et constate que son rival est aussi à la recherche d'Anna. Marc emploie un détective qui, avant d'être assassiné par Anna, découvre l'appartement où elle se réfugie avec un monstre. Le patron du détective, également son amant, y va et, à son tour, se fait tuer. Au cours des trajets entre son appartement et celui de Marc, Anna est souvent prise de délires mystiques aigus. Marc donne l'adresse d'Anna à Heinrich. Celui-ci, blessé par elle, parvient à lui échapper. Marc se rend sur les lieux, fait exploser l'appartement et tue Heinrich dans un bar voisin. Quand il revient chez lui, Anna est là; apparemment sereine. Pour autant, elle n'a pas renoncé à son monstre auprès de qui elle retourne pour se donner à lui. Ce n'est que dans une mort sanglante, au milieu des coups de feu des policiers et des trafiquants, anciens employeurs de Marc, que les deux époux semblent trouver une paix qu'eux-mêmes appellent rédemption.

 photo possession_071.jpg

  • Grand Prix, 1981 au Fant'Italia. Festival Internazionale de Film di Fantascienza (Trieste)
  • César de la meilleure actrice à Isabelle ADJANI

 photo possession_070.jpg



Lien de téléchargement: https://uptobox.com/9yj8skah1at8

 photo possession-1981-01-g.jpg
 photo possession-1981-02-g.jpg  photo possession-1981-03-g.jpg  photo possession-1981-04-g.jpg
 photo possession-1981-05-g.jpg  photo possession-1981-06-g.jpg  photo possession.jpg

Isabelle Adjani

7 commentaires:

Anonyme a dit...

---> VoStFr ---

Euh...

La « Vo » est en quelle langue? Allemande, anglaise... espagnole?

J'ai regardé l'extrait jusqu'au bout mais j'ai pas l'oreille assez fine pour distinguer.

; )

Selon IMBD, aux É.-U., on a renommé ce film « The Night The Screaming Stops »

Et pour hurler, madame Adjani laisse pas sa place!

Merci pour ce film (une découverte, dans mon cas) et pour tout.

(Et cette affiche, que je trouve très belle!)

Quelqu'un

Richard a dit...

Anglais

H.N. a dit...

M'a toujours intrigué.
Pour une rare fois où il est possible de le voir enfin..
Sympa

Elrik a dit...

Aaah! Genial! Je l'avais en VHS, impossible de le revoir depuis que mon lecteur m'a laché... Merci merci merci!! Et comme toujours un GRAND BRAVO pour ton blog!!!

galmuchet a dit...

Dual Audio version (EN/FR) 1.4 Gb http://avaxhm.com/video/genre/drama/possession_1981.html

@gmail.comAndiamo a dit...

Je l'ai vu à Paris lors de sa sortie en salle en 81 il me semble.
C'est un film très dur ! c'est le moins que je puisse dire, il faut avoir le coeur bien accroché !
Isabelle Adjani y est remarquable, quel talent !
Merci de l'avoir présenta ici.

ericbis2 a dit...

je me suis précipité le voir à la 1ère séance, le jour de sortie, après avoir vu un extrait (la scène de l'accouchement dans le métro). Dire que ce fut un choc est un euphémisme. le film m'a marqué à vie, je pense. J'ai trainé tout mon entourage le voir. En salles, j'ai du le voir une bonne vingtaine de fois.(il a été projeté en séance de minuit durant plus d'un an au quartier latin). Pour peu qu'on soit sensible à l'univers de Zulawski (encore que ce qui a suivi m'a paru bien en deçà), Adjani pulvérise tout. Bref, pour moi c'est LE film, qui m'a marqué à tout jamais, au point qu'au bout de tous ces visionnages, le plaisir et l'effet reste intact, 35 ans après. La version française est excellente, mais la version anglaise est à mon sens encore meilleure. Merci pour tous ces Zulawski...