dimanche 6 novembre 2016

Dréville-1958-À pied, à cheval et en spoutnik

 
À pied, à cheval et en spoutnik
1958 - 1hre 34
Xvid | 480x288 | Mp3 | 703 Mo



 photo aff_pied_cheva_spoutnik-2.jpg
À pied, à cheval et en spoutnik
1958 - 1hre 34

---

Darry Cowl
---
 Réalisateur : Jean Dréville
Scénario : Jean-Jacques Vital
Adaptation et Dialogue : Robert Rocca, Jacques Grello, Noël-Noël
Assistants réalisateur : Louis Pascal, Claude Vital

Photobucket

Distribution:

Noël-Noël : Léon Martin
Photobucket

Denise Grey : Mme Marguerite Martin sa femme
Photobucket

Sophie Daumier : Mireille Martin, leur fille
Darry Cowl : Hubert, le Délégué du Gouvernement
Photobucket

Pauline Carton : Marie, la vieille domestique
Photobucket

Noël Roquevert : le maire
Photobucket

Francis Blanche : Chazot
Photobucket

Mischa Auer : Le professeur Papov
Photobucket

Robert Lombard : L'adjudant
Claude Darget : le speaker télé
Harry Max : le docteur
Nathalie Nerval : Dina, l'interprète
Constantin Nepo : l'ambassadeur d'URSS
Serge Nadaud : Safanof, l'attaché culturel
Gil Vidal : Paul de Grandlieu, le mari de Mireille
Jacques Cathy : Boulganine
Patrick Duran : Dédé, le fils Chazot
Lucien Guervil : le gendarme
Henri Coutet : Un villageois
Louis Bugette : Le représentant de la prévention routière
Jean-Jacques Vital : Le radio-reporter


Photobucket

A la suite d'un accident de voiture, M. Martin souffrant d'un traumatisme, a perdu la mémoire. Sur les conseils du médecin, sa femme l'emmène à la campagne, sans journaux ni radio. Il vit au calme. Ignorant tout des événements présents, Martin, croyant qu'il s'agit de Friquet, son chien disparu depuis quelques jours, recueille Fédor qui vient de sortir d'un spoutnik atterri non loin de là. M. Martin est peiné de voir Friquet refuser d'abord toute nourriture, mais il s'aperçoit ensuite que l'animal mange lorsqu'il entend retentir une sonnerie. Des fonctionnaires de la Préfecture alertés par l'ambassade soviétique vont chez M. Martin pour reprendre le chien en lui expliquant l'histoire du spoutnik à laquelle il ne comprend rien mais, recouvrant peu à peu ses facultés intellectuelles, il accepte de rendre le chien à ses maîtres, non sans regret. Il va même en Russie l'accompagner. Il s'attarde dans ses adieux à la brave bête lorsque celle-ci doit repartir dans la fusée du professeur Papov et. il part avec. Papov malade, c'est Martin qui dirige la fusée et, après avoir été vers la lune, il retournera enfin sur la terre où il sera admiré et fêté, puis il repartira à la campagne y vivre tranquillement avec Madame Martin et le chien.


4 commentaires:

MuadDib a dit...

Je ne pensais pas pouvoir le revoir un jour..

Merci beaucoup

jean pierre a dit...

salut MuadDib , je l'ai déjà , acheté chez René Chateau il y a déjà un bon moment , une bonne rigolade ce film , je le conseille à tous pour chasser la morosité ;)

verone a dit...

super je ne me souvient plus l'avoir vu j'ai par contre a pied a cheval en voiture

Bi-lal a dit...

Merci !