lundi 11 août 2014

Enrico-1968-Ho !

Ho!
1968 - 1hre 47
DivX 5,0 | 720x432 pixels | Mp3 | 1,27 Go


Ho!
1968 - 1hre 47
---

---
Réalisation : Robert Enrico
Scénario : Robert Enrico, Lucienne Hamon, Pierre Pelegri et José Giovanni d'après son roman

Photobucket

Distribution:

Jean-Paul Belmondo : François Holin, dit « Ho »
Photobucket

Joanna Shimkus : Bénédicte



Raymond Bussières : Robert
Photobucket

Paul Crauchet : Gabriel Briand
Stéphane Fey : Schwartz junior
Alain Mottet : Paul
Tony Taffin : l'aîné des Schwartz
André Weber : La Praline
Jean-Pierre Bertrand
Ermanno Casanova : un détenu
Jackie Sardou : Mado

...

Photobucket

Pour le gang des frères Schwartz leur chauffeur, François Holin, n'est que « Ho », celui qu'on humilie et méprise, celui qui est servi le dernier au moment des partages. Pourtant, grâce à son sang-froid et à son habileté, Holin les a tirés d'un mauvais pas après un hold-up : sa part de butin n'en est pas moins maigre. Elle lui est toutefois suffisante pour se consacrer à deux passions :les jolies cravates et la seule femme qu'il aime, la tendre Bénédite. Un jour, au cours d'un braquage, le chef de la bande se tue accidentellement. Holin, qui avait préparé un prochain hold-up avec lui, propose aux frères Scbwartz de terminer l'affaire : ils lui rient au nez. Aussi Holin décide-t-ll de « travailler » à son compte. Peu après, il est stupidement arrêté au volant d'une voiture volée.

Photobucket

Emprisonné à la Santé, il est soupçonné d'avoir appartenu au gang Schwartz. Malgré ses dénégations, Holin sent qu'il va être démasqué et réussit une audacieuse évasion. Libre, il s'empresse de retrouver Bénédite à qui il raconte un imaginaire voyage à Panama. Pour Bénédite, en effet, François Holin est un coureur automobile, ce qu'il avait été réellement jadis. Mais le mensonge ne prend pas, car Holin est maintenant célèbre et la presse parle de lui « à la une » comme d'un gangster. Abandonné de Bénédite, Holin recrute trois jeunes voyous, puis organise et réussit la périlleuse attaque d'un fourgon bancaire. Mais il supporte mal les articles que lui inflige Brîand, le journaliste de « France-Soir ».

Photobucket

Après l'avoir kidnappé, il lui raconte sa vie réelle de coureur automobile et de gangster, puis retrouve Bénédite qui accepte de fuir avec lui pour Holin et le met en garde contre son insouciance et ses fanfaronnades. Pourtant, c'est en achetant une cravate que Holin est cerné par la police ; il ne parvient à s'échapper, blessé, qu'en tirant sur les policiers. Traqué, il retrouve Bénédite qui accepte de fuir avec lui pour échapper à la justice. Mais, en passant chez lui, il est accueilli par les Schwartz qui, traqués également, veulent lui prendre son argent et se venger de la brillante fortune de leur ancien larbin. Dans la bataille, inévitable, Bénédite et les Schwartz trouvent la mort. Et c'est criblé de balles et épuisé que François Holin se rendra enfin à la police, arrivée sur les lieux du massacre.

Photobucket





3 commentaires:

Pinuche a dit...

Bravo, très chouette, cette série Enrico.
Avec en prime un de Roubaix difficile a battre dans son secteur, ça émotionne !

Anonyme a dit...

Un bon polar d'Enrico pas assez connu avec un excellent Bébel.

Anonyme a dit...

Merci à toi