mercredi 24 décembre 2014

Lefranc-1951-Une histoire d'amour

Une histoire d'amour
1951 - 1hre 35
DivX 5,0 | 720x544 pixels | Mp3 | 679 Mo

Une histoire d'amour
1951 - 1hre 35
---

---
Réalisation : Guy Lefranc
Scénario, Adaptation et Dialogue : Michel Audiard
Assistants réalisateur : Maurice Delbez, Michel Monbailly

Photobucket

Distribution:

Louis Jouvet : L'inspecteur Ernest Plonche
Photobucket

Dany Robin : Catherine Mareuil, la fille



Yolande Laffon : Mme Mareuil, la mère
Photobucket

Daniel Gélin : Jean Bompart, le fils


Georges Chamarat : Mr Auguste Bompart, le père
Marcel Herrand : Mr Charles Mareuil, le père, industriel
Marius David : Le brigadier
Renée Passeur : Léa, la compagne d'Auguste
Photobucket

Catherine Erard : Odile, une amie de Catherine
Palmyre Levasseur : La voyante
Madeleine Lambert : Une invitée
Colette Régis : Une invitée
Blanche Denège : Une invitée
Madeleine Gérôme : Une invitée
Germaine Stainval : Une invitée
Pierre-Jacques Moncorbier : Le domestique
...


Photobucket

Un matin, sur un terrain vague, deux agents de police découvrent, dans l’épave d’un autocar, les cadavres de Catherine Mareuil et de Jean Bompart. Les jeunes gens ont absorbé du cyanure. Le commissaire Constant veut clore rapidement ce dossier, mais l’inspecteur Plonche souhaite connaître les causes de ce double suicide. Il rencontre d’abord le père de Jean, Auguste, veuf affublé d’une maîtresse incroyablement vulgaire qu’il surnomme «Poupée» ! L’homme est veule, content de lui — il se déclare sculpteur — et ne voit aucun mobile au geste de son fils. En questionnant les parents de Catherine, Plonche apprend que ceux-ci désapprouvaient la liaison de leur fille avec ce garçon — aide comptable dans l’entreprise Mareuil — d’une origine bien trop modeste pour prétendre s’introduire dans leur milieu. Mais Catherine, amoureuse, ne voulait rien entendre, sortant, dînant avec ce méprisable séducteur à l’affût d’un riche mariage, digne fils de son père, naguère employé des Mareuil et licencié pour malversations !

Photobucket

Or, la réalité est plus complexe et l’inspecteur va l’apprendre de la bouche du domestique des Mareuil : si Bompart a trafiqué la comptabilité de l’entreprise, c’est pour couvrir les escroqueries de Mareuil, lequel a acheté son silence en embauchant Jean, qui, depuis, subvient aux besoins d’Auguste ! D’accord pour mettre fin à la liaison de leurs enfants, les pères sont allés chercher ceux-ci au Touquet, où ils croyaient cacher leur amour, et leur ont annoncé que Catherine serait envoyée en pension, au Canada. «Aucune loi n’interdit aux imbéciles d’avoir des enfants», lance Plonche aux parents réunis chez Constant au terme de l’enquête. «On fiche la trouille aux gosses avec la loi, les gendarmes et la police pour leur apprendre l’obéissance. Alors, un beau jour, ce qui doit arriver arrive : au premier flic qui se présente, les gosses croient que c’est pour eux. Cette histoire est une histoire de croquemitaines, une monstrueuse connerie.», conclut le policier, écœuré.

Photobucket


1 commentaire:

Marcel Trucmuche a dit...

Trop fort le Riri !
Merci encore !!!!