samedi 10 octobre 2015

Rivette-2003-Histoire de Marie et Julien

Histoire de Marie et Julien
2003 - 2hres 25
Generic MPEG-4 | 640x352 pixels | Mp3 | 1,37 Go

Histoire de Marie et Julien
2003 - 2hres 25
---

---
Réalisateur: Jacques Rivette
Scénaristes: Pascal Bonitzer, Christine Laurent et Jacques Rivette
Dialoguistes: Pascal Bonitzer et Christine Laurent

Photobucket

Distribution:

Emmanuelle Béart (Marie)




Jerzy Radziwilowicz (Julien)
Photobucket

Anne Brochet (Madame X)

Bettina Kee (Adrienne)
Photobucket

Nicole Garcia
Olivier Cruveiller (l'éditeur)
Mathias Jung (le concierge)


Photobucket

Julien est un horloger, mais pas de ces horlogers communs qui fixent vos réveils. Non, Julien est de ceux qui réparent les clochers des églises. Sa maison encombrée accueille de lourds mécanismes grippés auxquels, patiemment, il redonne mouvement et régularité. Il fait depuis peu chanter Madame X, une jeune femme qui se livre au trafic de faux tissus asiatiques anciens. Julien surtout est amoureux de Marie, la quarantaine comme lui, et qu'il trouve sublime. Seulement Marie est, tout à la fois, fuyante et en grande demande sexuelle.

Photobucket

Installée chez Julien, elle aménage une petite chambre sous les combles. Julien essaie de comprendre cette femme étrange et insaisissable qu'il désire. Son enquête lui fait retrouver la chambre, pareille à celle des combles, où jadis Marie se pendît. Julien comprend que Marie est morte. Il est résolu à se donner la mort pour la retrouver. Marie l'en dissuade. Julien parvient à régler son affaire de chantage avec Madame X dont la soeur est aussi un fantôme. Marie ne parvient pas à quitter ce monde : quand elle se blesse, elle ne saigne pas. Elle décide alors de disparaître, et fait perdre la mémoire à Julien, qui ne la reconnaît pas quand elle réapparaît. Les larmes de Marie ravivent sa blessure d'où le sang coule enfin...










3 commentaires:

Monde en Question a dit...

Une histoire aussi tortueuse qu'ennuyeuse.

Griffe a dit...

Pas d'accord. C'est un très beau film.

Monde en Question a dit...

Je suis aussi dure avec Rivette qu'il le fut pour les autres cinéastes dans les années 60. Ce qui permit à d'autres de critiquer des films qu'ils n'avaient même pas vus, mais dont "Saint Rivette" disaient du mal !