samedi 17 janvier 2015

Clair-1942-Ma femme est une sorcière

Ma femme est une sorcière
I married a witch
1942 - 1hre 40
VFr: DivX 5,0 | 544x400 | Mp3 | 639 Mo
VoStFr incrustés: Generic MPEG-4 | 592x432 pixels | Mp3 | 683 Mo


Ma femme est une sorcière
I married a witch
1942 - 1hre 40 - VoStFr incrustés
---

Veronica Lake
---
Réalisateur: René Clair
Assistant réalisateur: Arthur S. Black
Scénaristes: Robert Pirosh, Marc Connelly
Collaborateur scénaristique: Dalton Trumbo
Auteur de l'oeuvre originale: Thorne Smith, Norman Matson
Dialoguiste: René Clair, André Rigaud


Distribution:

Fredric March : Wallace Wooley

Veronica Lake : Jennifer

Susan Hayward : Estelle Masterson

Cecil Kellaway : Daniel
Robert Benchley : le docteur Dudley White
Elizabeth Patterson : Margaret
Robert Warwick : J-B Masterson
Eily Malyon : Tabitha Wooley
Viola Moore : Martha
Monte Blue : Doorman



1690, Nouvelle-Angleterre. Les sorciers Daniel et sa fille Jennifer, juste avant d’être brûlés au bûcher, jettent une malédiction sur Jonathan Wooley, le juge qui les a condamnés, et sa descendance. Les mâles de la famille Wooley seront voués à ne vivre que des mariages malheureux sur plusieurs générations.
Plusieurs siècles plus tard, la foudre frappe l’arbre où ont été enterrées les cendres de Daniel et Jennifer afin d’emprisonner leur esprit. Maintenant libérés, sous la forme de fumée, ils parcourent les environs et retrouvent le dernier descendant des Wooley, Wallace Wooley politicien en période électorale et fiancé à la redoutable Estelle Masterson. Jennifer décide de tout faire pour compromettre le mariage de Wallace et demande à son père de lui redonner forme humaine. Ayant besoin d’un feu afin d’exécuter leur sort pour retrouver une apparence, ils brûlent un immeuble et attirent Wallace pour lui permettre de sauver des flammes la sulfureuse Jennifer. Cette dernière tente de séduire Wallace sans avoir recours à la magie, mais bien qu'il soit fortement attiré, il refuse de remettre son mariage à plus tard. Elle lui concocte alors une potion d'amour mais par un concours de circonstance, elle boit le breuvage à sa place et tombe éperdument amoureuse de lui. Jennifer ne cherche désormais plus à se venger des Wooley, mais son père va veiller à ce que la malédiction suive bien son cours, quitte à se retourner contre sa fille…


 





2 commentaires:

Goran de Angelis a dit...

Voila donc l'ancêtre de la célèbre série TV.

Merci Richard.

Salutations.
Goran.

Citizen a dit...

Une fois de plus merci, Richard ! Je ne suis pas étonné que René Clair, qui se montrait très inventif dans la fantaisie au cours des années trente, se soit senti aussi à l'aise pendant son exil hollywoodien. Et Veronica Lake, que je ce connaissais dans des rôles plus "glacials", a vraiment beaucoup de charme lorsqu'elle joue la "naïve" !