lundi 25 juillet 2016

Costa-Gavras-1986-Conseil de famille

Conseil de famille
1986 - 2hres 07
H.264 | AVI | 711x400  | Mp3 | 692 Mo

Conseil de famille
1986 - 2hres 07
---

Fannu Ardant
---
Réalisateur: Costa-Gavras
Assistants réalisateur: Frédéric Blum, Philippe Chapus, Marianne Chouchan, Daniel Delume
Scénariste: Costa-Gavras



Distribution:

Fanny Ardant : La mère

Johnny Hallyday : Le père

Guy Marchand : Maximilien Faucon

Rémi Martin : François
Caroline Pochon : Martine
Fabrice Luchini : L'avocat véreux
Laurent Romor : François adolescent
Ann-Gisel Glass : Sophie
Juliette Rennes : Martine enfant
Julien Bertheau : le propriétaire de la maison fléchettes


A treize ans, François fait une découverte: son père n'est pas à l'hôpital, comme sa mère le lui répète; il est en prison. Son père, en effet, est un champion de perçage de coffres-forts. A son retour de "l'hôpital", c'est la fête à la maison, avec Faucon, l'ami fidèle. Celui-ci s'installe dans la famille, dont la mère, femme de tête et de coeur, cultivée, musicienne, philosophe, est, en quelque sorte, l'âme. La vie reprend. La nuit, Faucon et le père vont sur des "chantiers". François a tout compris. Martine, qui n'a que sept ans, aussi. Mais la famille mène une vie digne et stricte. Le père tient à ce que ses enfants soient élevés avec rigueur, dans le droit chemin. Comme les "chantiers" rapportent beaucoup, la famille part en vacances à la mer.


François découvre qu'il peut voler, lui aussi, de ses propres ailes. Le père n'apprécie pas. François menace: s'il ne va pas sur les "chantiers", il dira tout à la police. Au retour de vacances, François commence son apprentissage. Après beaucoup de maladresses, il se montre doué. Les affaires marchent bien et les années passent. Passionné d'électronique, François utilise ses dons sur les "chantiers". Le père est bientôt dépassé. Le père et Faucon partent aux Etats-Unis pour négocier les talents de François avec la mafia américaine qui l'a remarqué. Mais François rêve d'un travail fixe chez un ébéniste et d'une vie heureuse avec celle qu'il aime. Pour éviter de partir aux U.S.A., selon le voeu du conseil de famille, il téléphone à la police...




1 commentaire:

Vic a dit...

Je m'aperçois à découvrir ton film, que notre {J.} national, a tout de même pas mal fait de film, alors qu'il n'est pas vraiment taillé pour cela. Sa présence est sans doute plus, nécessaire, pour nous public, assez gourmand de tout.
Merci à toi l'ami pour tous ces films, souvent français, et c'est là un bien bel exploit. Et ce n'est sans doute pas aussi simple qu'il peut y paraître.