mardi 20 janvier 2015

Pasolini-1975-Salò ou les 120 journées de Sodome


Salò ou les 120 journées de Sodome
Salò o le centoventi giornate di Sodoma
1975 - 1hre 52 - VFr
DivX 5,0 | 720x320 | Mp3 | 691 Mo



 photo aff_salo-2.jpg
Salò ou les 120 journées de Sodome
Salò o le centoventi giornate di Sodoma
1975 - 1hre 52 - VFr
---
---

 photo aff_salo-4a.jpgSalò ou les 120 journées de Sodome

Réalisateur: Pier Paolo Pasolini
Assistants réalisateur: Umberto Angelucci et Fiorella Infascelli
Scénariste: Pier Paolo Pasolini
Collaborateurs scénaristique: Pupi Avati et Franco Citti
Auteur de l'oeuvre originale: Marquis de Sade
Musique originale: Ennio Morricone

Distribution:

Paolo Bonacelli (le duc) • Umberto Paolo Quintavalle (son excellence) • Giorgio Cataldi (Monseigneur) • Aldo Valletti (le président) • Hélène Surgère (Madame Vaccari) • Caterina Boratto (Madame Castelli) • Elsa De Giorgi (Madame Maggi) • Sonia Saviange (la pianiste) • Ines Pellegrini (la serveuse) • Franco Merli (garçon victime) • Lamberto Book (garçon victime) • Umberto Chessari (garçon victime) • Claudio Cicchetti (garçon victime) • Gaspare Di Jenno (garçon victime) • Sergio Fascetti (garçon victime) • Bruno Musso (garçon victime) • Antonio Orlando (garçon victime) • Olga Andreis (jeune fille victime) • Graziella Aniceto (jeune fille victime) • Benedetta Gaetani (jeune fille victime) • Dorit Henke (jeune fille victime) • Faridah Malik (jeune fille victime) • Giuliana Melis (jeune fille victime) • Renata Moar (jeune fille victime) • Anteniska Nemour (jeune fille victime) • Efisio Etzi (soldat) • Guido Galletti (soldat) • Rinaldo Missaglia (soldat) • Giuseppe Patruno (soldat) • Liana Acquaviva (jeune fille) • Tatiana Mogilansky (jeune fille) • Giuliana Orlandi (jeune fille) • Susanna Radaelli (jeune fille) • Ezio Manni (collaborateur) • Fabrizio Menichini (collaborateur) • Maurizio Valaguzza (collaborateur) • Anna Maria Dossena (serveuse) • Paola Pieracci (serveuse) • Anna Recchimuzzi (serveuse) • Carla Terlizzi (serveuse)


 photo salo-1.jpg
 photo salo-4.jpg  photo salo-3.jpg
 photo salo-2.jpg

Durant la République fasciste de Salò, quatre seigneurs élaborent un règlement pervers auquel ils vont se conformer. Ils sélectionnent huit représentants de chaque sexe qui deviendront les victimes de leurs pratiques les plus dégradantes. Tous s'enferment alors dans une villa près de Marzabotto afin d'y passer 120 journées en respectant les règles de leur code terrifiant... Le film se divise en quatre tableaux, comme dans l'œuvre du marquis de Sade : le premier tableau est intitulé Antinferno (Le vestibule de l'enfer), le deuxième se nomme Girone delle manie (Cercle des passions), le troisième est celui du Girone della merda (Cercle de la merde), et le dernier tableau est celui du Girone del sangue (Cercle du sang)...

 photo salo-6.jpg
 photo salo-7.jpg  photo salo-5.jpg

Le film a fait scandale lors de sa sortie. Il a été interdit ou censuré dans de nombreux pays pendant plusieurs années, y compris en Italie. En février 2007, sa projection avait été interdite à Zurich, en Suisse, suite à des plaintes (la polémique a éclaté lorsque le journal gratuit 20 Minuten a stigmatisé la programmation de Salò dans une église de Zurich dans le cadre d'une rétrospective consacrée au cinéaste italien ; le film devait être projeté dans le temple protestant en raison des travaux de rénovation du cinéma Xenix.) Finalement, quelques jours plus tard, la censure avait été levée suite à la pression des défenseurs de la liberté d'expression. Encore aujourd’hui, des réalisateurs comme Gaspar Noé et Claire Denis avouent leur malaise au visionnage du film.

 photo salo-10.jpg
 photo salo-8.jpg  photo salo-9.jpg
 photo salo-11.jpg

DivX 5,0 | 720x320 | Mp3 | 691 Mo

 photo gr_salo-1.jpg
 photo gr_salo-14.jpg

2 commentaires:

Anonyme a dit...

Un grand chef d’œuvre qui a malheureusement couté la vie à son auteur qui fut assassiné en raison de ce film.
Par contre, âmes sensibles, s'abstenir, s'apprêter à avoir un sacré choc pour les autres et ne surtout pas laisser des enfants ou pré-ados voir ce film, nombre de scènes étant franchement difficiles à soutenir : Pasolini y explorant parmi les choses les plus sombres et nauséeuses que l'humanité est capable de produire.

Coffee Lover a dit...

Je me dis toujours qu'il faut que je le voit ce film un jour, mais je crois que j'attends encore d'en avoir le courage...et d'avoir le ventre vide.