mardi 14 juillet 2015

Rossellini-1946-Païsa

 
Païsa
1946 - 1hre 55 - VoStFr (.srt)
Generic MPEG-4 | 576x432 pixels | Mp3 |  1,4 Go

 photo paisan1.png 
Païsa
1946 - 1hre 55 - VoStFr (.srt)
---

---
Réalisateur: Roberto Rossellini
Assistants réalisateur: Federico Fellini, Massimo Mida, Renzo Avanzo
Scénaristes: Sergio Amidei, Klaus Mann, Federico Fellini, Alfred Hayes, Marcello Pagliero, Roberto Rossellini, Vasco Pratolini

 photo paisa_04.jpg

Distribution:

Maria Michi : Francesca
 photo paisa_11.jpg

Harriet Medin : Harriet White, l'infirmière
 photo paisa_13.jpg

Carmela Sazio : Carmela
Robert Van Loon : Joe, le soldat américain
Alfonsino Pasca : Alfonsino, un garçon voleur
Gar Moore : Fred, un soldat américain
Giulietta Masina : la prostituée
Renzo Avanzo : Massimo
William Tubbs : Bill Tubbs, le prêtre
Dale Edmonds : Dale
Cigolani : Cigolani

 photo paisa_08.jpg

Paisa se présente sous la forme d'une suite de six récits indépendants, mais liés par le thème de la libération de l'Italie par les alliés. Ils se succèdent chronologiquement, chaque court-métrage jalonnant une grande étape de la progression géographique des alliés contre les fascistes. Ces récits n'ont pas de titres mais sont introduits par une voix off, et simplement séparés par un "noir".'

 photo paisa_01.jpg

I. 1943 : les Américains débarquent sur les côtes siciliennes. Nous suivons un groupe de soldats qui cherchent un moyen d'atteindre leur destination en évitant les mines. Prenant conseil auprès de la population d'un village, ils prennent pour guide, plus ou moins contre son gré, une jeune fille, Carmela, qui connaît bien la région et les conduit jusqu'aux ruines d'un château en passant par une ancienne coulée de lave.
Le sergent Joe est chargé de surveiller Carmela, et les deux s'essayent à la discussion, malgré la frontière des langues. Petit à petit, le sergent lui parle de choses intimes, comme de sa famille. Mais il est abattu par une balle allemande. Carmela se retrouve avec des soldats nazis, qui envisagent de la violer. Plus tard, elle prend une arme et abat un soldat. Lorsque les américains reviennent, ils trouvent le cadavre de Joe et en concluent la perfidie de Carmela. Puis, de la falaise, ils aperçoivent sur les rochers le corps de la jeune fille.


 photo paisa_05.jpg

II.Naples est libéré depuis peu et sert de plate-forme logistique. Beaucoup d'enfants rusent et volent pour survivre. L'un d'eux trouve un militaire noir américain, complètement ivre. Il l'emmène avec lui à un spectacle de marionnettes, joue de son harmonica... On ne sait jamais s'il s'en est fait un ami, ou s'il n'a en tête que de le voler. Quoi qu'il en soit, le militaire finit par s'endormir, et l'enfant en profite pour lui dérober ses chaussures. Plus tard, l'américain, dont on découvre qu'il travaille en fait pour la police-militaire, le retrouve en train de voler la marchandise d'un camion. Il prend l'enfant et demande à être conduit chez lui, afin de retrouver ses chaussures. L'enfant le mène à un quartier d'une misère accablante. Il lui donne des chaussures, mais ce ne sont pas les siennes. Le policier veut voir ses parents, mais l'enfant ne comprend pas : il n'a pas de parents, ceux-ci sont morts dans les bombardements.


 photo paisa_10.jpg

III. Rome. Un jeune soldat américain, tombé amoureux d'une jeune Italienne, Francesca, le jour de son arrivée dans la capitale (6 juin 1944), rencontre à nouveau cette même femme, par hasard, six mois plus tard. Mais ils ne se reconnaissent pas. Elle est devenue prostituée. Elle le traîne de force dans sa chambre. Sur le lit, l'Américain se met à raconter son histoire. À l'écoute de son récit, la prostituée se reconnaît dans la Francesca dont il est amoureux. Encore amoureuse elle aussi, mais embarrassée par son statut de prostituée, elle s'enfuit en lui laissant un rendez-vous sur un morceau de papier. Le lendemain, dessoulé, le soldat jette le papier ("l'adresse d'une pute") sans même y jeter un œil.


 photo paisa_14.jpg

IV. La bataille fait rage dans Florence. Hariet, jeune infirmière américaine, persuade son ami Massimo de l'aider à entrer dans l'Arno, où font rage les combats de rue, pour rejoindre Lupo, un ancien peintre devenu chef des partisans. Les deux parviennent à la zone dangereuse grâce à une galerie préservée, et passent de toits en toits pour atteindre la zone. Entre temps, un vétéran de la guerre de 18, qui observe les combats de sa terrasse et se flatte de reconnaître les calibres des armes au son de leur tir, leurs donne de précieuses informations pour les aider dans leurs quête.
C'est un homme blessé qui, en expirant dans ses bras et en parlant tout seul, leur apprendra sans le savoir que Lupo est déjà mort.


 photo paisa_16.jpg

V. En Romagne, la libération se fait longue parce que les allemands défendent becs et ongles le moindre village. Plus tard, un monastère est libéré, et accueille trois aumôniers américains. Ils apportent avec eux des vivres, et goûtent en retour la quiétude et la spiritualité du monastère, vieux de 500 ans, bâtis « avant la découverte de la grande Amérique ». Mais les moines apprennent que deux de ces aumôniers sont sur le « mauvais chemin » : l'un est juif, l'autre protestant. Ils discutent avec le prêtre principal pour le convaincre de ramener les autres sur la raison, mais celui-ci indique sagement qu'il respecte leur choix, et que, si lui comme les moines sont persuadés d'être dans la vraie religion, le juif et le protestant le sont tout autant. Lors du dîner, les moines informent leurs hôtes qu'ils vont jeûner dans l'espoir que leur vœu de remettre ces deux hommes sur le droit chemin soit exaucé. Le prêtre principal se lève, mais c'est seulement pour dire le regain de foi que ce lieu lui a apporté.


 photo paisa_17.jpg

VI. Hiver 1944. La première image montre le sort funeste qui est réservé aux partisans capturés par les Allemands : on voit un homme mort dériver sur une bouée, accroché à un panneau « partisan ». Un groupe de partisans italiens, ainsi que des soldats américains qui les ont rejoints, luttent dans la région et tentent de récupérer le cadavre. Mais ils sont capturés par les Allemands. Ils attendent d'abord leur exécution, anxieux à l'idée que leurs proches ne sauront pas ce qu'il leur est arrivé. Les Allemands jettent alors les Italiens (considérés comme "terroristes" ou des soldats "irréguliers") dans le fleuve avec des poids attachés au corps, alors que les Américains sont traités comme des prisonniers de guerre. L'un de ceux-ci proteste devant le sort fait à ses camarades italiens et est brutalement abattu.


 photo paisa_15.jpg


 photo paisa-affiche_208727_23756.jpg 



Generic MPEG-4 | 576x432  | Mp3 | 1,4 Go
http://www.multiup.org/fr/download/ec26ae5ea744689f4785b9d9f39c1dbc/rossellini46_paisa.zip
Illustrations








 photo paisa-03-g.jpg
 photo paisa-05-g.jpg  photo paisa-04-g.jpg
 photo paisa-02-g.jpg

Aucun commentaire: