jeudi 17 septembre 2015

Schoendoerffer-1982-L'honneur d'un Capitaine


L'honneur d'un Capitaine
1982 - 1hre 35
Generic MPEG-4 | 656x400 | Mp3 | 681 Mo



 photo aff_honneur_capitaine-2.jpg
L'honneur d'un Capitaine
1982 - 1hre 35
---
Nicole Garcia et Georges Wilson
---
Réalisateur: Pierre Schoendoerffer
Scénariste: Jean-François Chauvel, Pierre Schoendoerffer et Daniel Yonnet

 photo nicole_garcia_honneur_capitaine-01.jpg

Distribution:

Nicole Garcia (Patricia Caron)
 photo nicole_garcia_honneur_capitaine-04.jpg

Jacques Perrin (Le capitaine Marcel Caron)
 photo honneur_capitaine-04.jpg

Georges Wilson (Le bâtonnier)
 photo honneur_capitaine-02.jpg

Charles Denner (Le maître Gillard)
 photo honneur_capitaine-03.jpg

Georges Marchal (Le général Keller)
 photo honneur_capitaine-05.jpg

Claude Jade (maître Valouin)
 photo honneur_capitaine-01.jpg

Alain Bastien-Thiry (Pierre Caron) • Patrick Chauvel (Schuster) • Jean Depusse (l'adjudant) • Jean-Pol Dubois (Dubois, du service cinéma) • Robert Etcheverry (commandant Guillou) • Pierre Fromont (général Garnier) • Hubert Gignoux (président du tribunal) • Marc Henry (M. Riton) • Christophe Malavoy (Automarchi) • Harold Minh (Minh) • Florent Pagny (la Ficelle) • Pascal Pistacio (le Voltigeur) • Jean-François Poron (Jakez)
---

---
Patricia Caron ne veut pas qu'on salisse la mémoire de son mari mort en Algérie. C'est ce que vient de faire, au cours d'une émission de télévision le Pr Paulet en dénonçant les actes de torture en Algérie du capitaine Caron, un brillant militaire (résistance, Indochine). Ses anciens camarades et l'armée veulent se taire. Patricia veut se battre même si elle a peu connu son mari. Elle assigne Paulet en diffamation, soutenue par un bâtonnier, oncle de Caron. Au cours du procès, Paulet, défendu par Me Gillard, passe au crible les dix-neuf jours de commandement du capitaine Caron.

 photo nicole_garcia_honneur_capitaine-02.jpg

Qui, selon lui, ont commencé par l'exécution d'un traître algérien qui a fait échouer une offensive et provoqué la capture de trois soldats français par les fellaghas. Faux, affirment les anciens subordonnés de Caron qui se succèdent à la barre. Caron est arrivé à la tête du bataillon le lendemain et a commencé par rétablir la discipline. Dix-huit jours ou dix-neuf, donc, consacrés à récupérer les prisonniers. Une première offensive est montée à partir d'informations extorquées de force (par la torture, dira Paulet).

 photo nicole_garcia_honneur_capitaine-03.jpg

Elle permet de prendre trois fellaghas mais l'un d'eux est tué après une monstrueuse erreur de transmission (volontairement, dira Gillard). L'arrestation (démentie par la défense) d'un villageois proche des fellaghas permet de localiser ceux-ci en Tunisie. Paulet dénonce la disparition de cet homme, selon lui exécuté par les hommes de Caron. Couvert par un supérieur tant soit peu activiste, le commandant Guillou, Caron passe en Tunisie. Forfaiture, affirme Gillard. C'est au cours de cette offensive que Caron est tué. A la fin du procès, la cours condamne Paulet pour diffamation: Caron est blanchi. Mais le procès a soulevé des faits qui laissent planer des doutes.

 photo nicole_garcia_honneur_capitaine-05.jpg

Generic MPEG-4 | 656x400 | Mp3 | 681 Mo


Nicole Garcia
 photo nicole_garcia_038.jpg


1 commentaire:

René Claude a dit...

En tant que président-trésorier-secrétaire et unique membre du fan club du regretté Pierre Schoendoerffer dans ma rue, je tiens à vous féliciter pour ce billet. J'ai ressorti récemment son "Crabe-Tambour" que je place dans le top100 de mes films préférés. Votre billet m'a donné envie de revoir "L'honneur d'un capitaine". Bonne continuation.