lundi 28 décembre 2015

Richebé-1957-Que les hommes sont bêtes


Que les hommes sont bêtes
1957 - 1hre 38
AVI | 768x576 | Mp3 | 1 Go



 photo aff_hommes_betes-2.jpg
Que les hommes sont bêtes
1957 - 1hre 38
---
Dany Carrel
---
Réalisateur: Roger Richebé
Assistant réalisateur: Pierre Lary
Adaptateur: Marcel Achard
Dialoguistes: Marcel Achard et François Boyer

 photo hommes_betes-1.jpg

Distribution:

Dany Carrel : Sylvie Cerruti
 photo hommes_betes-3.jpg
 photo hommes_betes-4.jpg  photo hommes_betes-5.jpg
 photo hommes_betes-8.jpg

François Périer : Roland Devert
 photo hommes_betes-2.jpg

Fernand Sardou : M. Marcel
Pierre Mondy : Josélito
Jean Lefebvre : Francis
Germaine Delbat : Constance
Danièle Lamar : Irma
Jacques Hilling
Jacques Dufilho
Gabriel Gobin
Jackie Sardou

 photo hommes_betes-9.jpg  photo hommes_betes-10.jpg
 photo hommes_betes-11.jpg  photo hommes_betes-12.jpg

Deux mauvais garçons, Joselito et Francis, sont prévenus par un comparse qui exige d'eux une forte commission en cas de réussite qu'une grosse somme est déposée dans le coffre d'un notaire de province, Roland Devert. Ils décident d'éloigner Roland de son étude en se servant d'une petite caissière de café, Sylvie, qui doit se présenter à l'étude comme une riche cliente, faire du charme et attirer le notaire à Paris. Sylvie réussit parfaitement dans sa mission. Le notaire perd la tête. Joselito et Francis en panne de spécialiste pour coffres-forts décident le patron du café, un ancien, à se remettre au travail. Mais Sylvie, après avoir passé une délicieuse soirée avec Roland, est prise de remords et lui avoue qu'elle n'est qu'une petite bonne. Roland qui avait, pour l'aider, enlevé de ses coffres tout l'argent disponible, soit cinquante millions et les promenait dans une valise, se montre enchanté de la savoir pauvre, ce qui va lui permettre de remettre les millions à leur place sans abandonner Sylvie.

 photo hommes_betes-6.jpg  photo hommes_betes-7.jpg

Mais la bande de perceurs a visité l'étude et ouvert les deux coffres, en vain bien sûr. Il en résulte tout ensemble que Joselito et Francis se trouvent au petit matin non seulement dans la crainte du comparse, mais en dette vis-à-vis de leur collaborateur, le patron du café ; que Sylvie découvre le passé de son employeur : et que Roland est bien ennuyé pour rentrer chez lui, la police étant déjà sur les lieux avec les experts. Chacun croit que les gangsters se sont approprié le magot. Roland, ne sachant comment s'en tirer, renvoie de façon anonyme l'argent au commissaire de police. Mais Joselito et Francis sont en mauvaise posture, leur indicateur survenant pour réclamer sur la foi des journaux qui relatent le « vol », sa commission. Tout se termine par une bagarre entre le joli monde du café, tandis que Roland et Sylvie, libérés des mensonges et de l'argent, s'embarquent pour Cythère.

 photo hommes_betes-13.jpg

AVI | 768x576 | Mp3 | 1 Go


Dany Carrel

1 commentaire:

ericbis2 a dit...

merci pour ce film un peu oublié, où l'on aperçoit Jacques Dufhilo et Jean Lefebvre à leurs débuts. Richebé était un bon faiseur, et c'est bien de nous permettre de découvrir ses films, très peu diffusés, comme celui-ci, que je vais découvrir pour ma part. En vous souhaitant de bonnes fêtes