jeudi 7 janvier 2016

Ruiz-1977-La vocation suspendue


La vocation suspendue
1977 - 1hre 36
Xvid | 704x512 | AC3 | 1,2 Go





 photo aff_vocation_suspendue-1.jpg
La vocation suspendue
1977 - 1hre 36
---
Daniel Gélin
---

 photo aff_vocation_suspendue-2.jpgLa vocation suspendue
1977

Réalisateur et scénariste: Raoul Ruiz
Assistants réalisateur: François Ede et Jacques Baker
Auteur de l'oeuvre originale: Pierre Klossowski

Distribution:

Didier Flamand (Jérôme) • Pascal Bonitzer (Jérôme) • François Simon (la montagne) • Daniel Gélin (Malagrida) • Edith Scob (Angélique) • Frédérique Meininger (Angélique) • Geneviève Mnich (Soeur Théophile) • Sylvie Herbert (Soeur Vincent) • Jean Rougeul (le prêtre athée Euthanasien Persienne) • Jean-Robert Viard (l'évêque) • Isidro Romero (un prêtre) • Gérard Berner (un prêtre) • Marcel Imhoff (le moine) • Jean Lescot (le père maître) • Raoul Guillet (le supérieur) • Daniel Isoppo (le frère convers) • Eric Burnelli (le frère peintre) • Gabriel Gascon (le père confesseur) • Jean Frapat (l'abbé noir) • Françoise Vercruyssen (la femme) • Huguette Faget (la vendeuse de statues) • Jean Badin (l'ami)



 photo vocation_suspendue-1.jpg
 photo vocation_suspendue-2.jpg  photo vocation_suspendue-3.jpg
 photo vocation_suspendue-7.jpg

L'histoire de Jérôme, qui s'interroge sur sa vocation de prêtre, racontée à partir d'images en noir et blanc, et d'autres, en couleurs, avec d'autres acteurs. Jérôme doit faire face aux querelles théologiques qui traversent la communauté à laquelle il appartient, aux dissensions entre les Jésuites et les partisans de la Vierge, aux soupçons qui pèsent sur lui...

 photo vocation_suspendue-9.jpg
 photo vocation_suspendue-5.jpg  photo vocation_suspendue-11.jpg
 photo vocation_suspendue-10.jpg

Xvid | 704x512 | AC3 | 1,2 Go


 photo aff_vocation_suspendue-4.jpg

1 commentaire:

ericbis2 a dit...

Merci pour cette proposition audacieuse, le cinéma de Raoul Ruiz n'est pas nécessairement d'un abord facile. Du moins les titres de ses films le laissent croire. Mais si on s'y laisse conduire, on est rapidement emporté par la profondeur toute simple de ses propos, par l'évidence de son climat et de ses personnages, baignés d'une intelligence limpide, claire, qui procure un bien-être discret mais bien réel. Je l'ai vu en salle à sa sortie. Il n'avait pas déplacé les foules, pas plus que "Le Territoire" ou "L'Hypothèse du Tableau Volé". Et pourtant, ce sont de très belles œuvres, elles aussi. Vraiment merci de nous enchanter par ce cinéma rare.