mardi 29 mars 2016

Blier-1976-Calmos


Calmos
1976 - 1hre 37
 Xvid | 680x288 | AC3 | 1,4 Go



 photo aff_calmos-2.jpg
Calmos
1976 - 1hre 37
---
Ouverture
---
Réalisateur: Bertrand Blier
Scénaristes et dialoguiste: Bertrand Blier et Philippe Dumarçay

 photo gr_calmos-3.jpg

Distribution:

Jean-Pierre Marielle : Paul Dufour
 photo cap_calmos-5.jpg

Jean Rochefort : Albert
 photo cap_calmos-4.jpg

Bernard Blier : l'abbé Émile
---
---
 photo cap_calmos-1.jpg  photo cap_calmos-2.jpg
 photo cap_calmos-3.jpg

Brigitte Fossey : Suzanne Dufour
---
---
 photo cap_calmos-6.jpg  photo cap_calmos-7.jpg

Claude Piéplu : un passant et le chef maquisard
Gérard Jugnot : le type frileux
Sylvie Joly : la médecin-chef
Dominique Lavanant : la femme myope
Claudine Beccarie : la patiente nue, dans le cabinet de Dufour
Pierre Bertin : le chanoine
Dora Doll : Simone, capitaine des soldates
Micheline Kahn : Geneviève
Michel Peyrelon : un maquisard
Valérie Mairesse : Claudine
Marthe Villalonga : une employée
Liliane Rovère : une soldate
Jenny Arasse : une infirmière
Nicole Garcia : une infirmière
...

 photo cap_calmos-9.jpg

Harassé par le spectacle quotidien et inlassablement répété des atours intimes de ses clientes, le gynécologue Paul Dufour quitte tout, travail et famille, et part avec un ami de rencontre, Albert, dans un petit village paisible et serein, où il fait bon vivre en toute liberté, où seuls comptent le Beaujolais et la bonne chère. Devant l'arrivée impromptue des épouses, le curé du village, l'abbé Emile, les convainc toutefois de rejoindre leur foyer et d'assumer leur devoir conjugal. Les deux hommes s'enfuient et, faisant des adeptes, se retrouvent à la tête d'un long cortège masculin.

 photo cap_calmos-12.jpg  photo cap_calmos-13.jpg

Les trains s'arrêtent en pleine campagne, chauffeur et voyageurs mâles rejoignent leurs congénères au grand affolement des épouses éperdues, et tous prennent le maquis. Surgissent alors un char d'assaut, et un bataillon armé. En tenue militaire de combat, les femmes ont déclaré la guerre aux hommes, qu'elles traquent et dont elles abusent jusqu'à leur épuisement total. La capitaine Simone laisse une chance à Paul et Albert, mais, affamés, ceux-ci sont vite repris. Ils sont drogués, gavés d'hormones et, seuls hommes encore vaillants, servent d'étalons à une société devenue exclusivement féminine.

 photo cap_calmos-14.jpg  photo cap_calmos-15.jpg

Devant leur chambre-laboratoire, les files d'attente sont si importantes que le temps imparti pour chacune devient sévèrement réglementé. Atteints de sénilité précoce, usés au point d'être devenus miniaturisés, Paul et Albert s'égarent accidentellement dans l'organe génital d'une jeune mûlatre allongée sur une plage exotique. Ils y retrouvent l'abbé Emile qui, à leur grande stupeur, leur révèle la nature exacte du lieu. Sur la place, arrive l'amoureux de la jeune fille...

 photo cap_calmos-16.jpg

Xvid | 680x288 | AC3 | 1,4 Go
















Brigitte Fossey
 photo brigitte_fossey_018.jpg

2 commentaires:

Marcel Trucmuche a dit...

FEU d'ARTIFICE de REMERCIEMENTS !!!!!!!

ericbis2 a dit...

un Blier, qui, c'est le moins que l'on puisse dire, a fait quasiment l'unanimité contre lui, même les "défenseurs" des "Valseuses", en son temps, l'ont conspué, démoli, trainé dans la boue: taxé de "vulgaire""mysogine" etc.. Même Bertrand Blier lui-même, dans un entretien sur sa carrière, diffusé sur le satellite, disait en substance que c'était son plus mauvais film. Et pourtant, je trouve au contraire que c'est son film le plus culotté (si l'on peut dire), le plus drôle, le plus dévastateur... avec "Buffet Froid" et les "Valseuses", justement. Les dialogues - orduriers, très souvent, oui mais vulgaires, surtout pas - font mouche et sont constamment aux limites de l'absurde, les comédiens, du rôle le plus modeste au plus important, brossent des personnages surréalistes, et pourtant bien réels, ancrés dans une époque révolue, où sexe, provocation, contestation allaient de soi, même si un peu gratuites. C'était même une revendication, un argument en soi. En tout cas, "Calmos", j'adore... merci de lui redonner sa chance (autrement que par la monstrueuse jaquette du Studio (l'esprit?)Canal qui trahit une fois encore le film qu'elle est sensée illustrer (et merci pour l'affiche de Ferracci)