vendredi 17 juin 2016

Chabrol-1970-La rupture


La rupture
1970 - 2 hres
Xvid | 656x368 | Mp3 | 1,2 Go


 photo aff_rupture-4.jpg
La rupture
1970 - 2 hres
---
Stéphane Audran
---

 photo aff_rupture-3.jpgLa rupture
1970

Réalisateur, scénariste, adaptateur et dialoguiste: Claude Chabrol
Auteur de l'oeuvre originale: Charlotte Armstrong

Distribution:

Stéphane Audran : Hélène Régnier
Jean-Pierre Cassel : Paul Thomas
Michel Bouquet : Ludovic Régnier
Jean Carmet : M. Pinelli
Michel Duchaussoy : Allan Jourdan
Catherine Rouvel : Sonia
Annie Cordy : Mme Pinelli
Jean-Claude Drouot : Charles Régnier
Mario David : Gérard Mostelle
Katia Romanoff : Elise Pinelli
Marguerite Cassan : Émilie Régnier
Margo Lion : Mme Humbert - la première parque • Louise Chevalier : la deuxième parque • Maria Michi : la troisième parque • Angelo Infanti : le docteur Blanchard • Dominique Zardi : le vendeur des ballons • Laurent Brunschwick : Michel Régnier • Claude Chabrol : le passager du tramway • Serge Benneteau : le 2e inspecteur • Pierre Gualdi : Henri • Harry Kümel : le chauffeur de taxi • Daniel Lecourtois : maître Maraicher • Antonio Passalia : l'acteur du film


 photo aff_rupture-2.jpgUn matin d'avril, dans la banlieue bruxelloise, Charles Régnier, à la suite d'une trop forte absorption de drogue, brutalise sa femme, Hélène, puis envoie leur enfant de quatre ans s'écraser contre le mur. L'enfant vît encore et sa mère l'emmène à l'hôpital. Elle décide aussitôt de divorcer et s'installe dans une pension de famille vétuste, voisine de l'hôpital. Pendant ce temps, son beau-père, Ludovic Régnier, qui n'avait jamais accepté le mariage de son fils avec Hélène, entraîneuse de cabaret, va user de sa fortune et de son influence pour récupérer la garde de son petit-fils. Il convoque le fils d'un de ses amis, ruiné, Paul Thomas, et lui propose de l'intéresser à ses affaires s'il réussit à découvrir une preuve de l'immoralité d'Hélène, qui puisse servir à l'avocat de son fils, pour lui enlever l'enfant. Paul s'installe dans la pension où vit Hélène et gagne sa confiance en se prétendant atteint d'une maladie incurable. Il tisse autour d'elle un piège dans lequel elle risque de tomber. Mais Hélène fait front courageusement à tous les obstacles et Paul ne réussit à découvrir aucune preuve contre elle. Il va alors en forger une et, pour cela, élabore une abjecte machination. Il drogue la fillette, une demeurée, de la directrice de la pension de famille et entend prouver qu'elle a été victime des goûts anormaux d'Hélène. Paul avait prévu de réunir la fillette et Hélène dans la même voiture qu'il aurait abandonnée sur la route après avoir simulé un accident. Mais Hélène, qui a découvert la bassesse de Paul, refuse de monter dans sa voiture. Son mari, qui veut la revoir et qui avait été jalousement gardé et soigné par ses parents, s'échappe en envoyant rouler sa mère au bas d'un escalier. Il arrive dans la pension de famille et fonce comme un fou sur Paul qui sera obligé de le poignarder. Quant à Hélène, ignorante de cette péripétie finale de la tragédie, elle s'en va retrouver son petit garçon maintenant guéri.

 photo cap_rupture-1.jpg
 photo cap_rupture-2.jpg photo cap_rupture-3.jpg
 photo cap_rupture-5.jpg photo cap_rupture-6.jpg
 photo cap_rupture-7.jpg photo cap_rupture-8.jpg
 photo cap_rupture-9.jpg photo cap_rupture-10.jpg
 photo cap_rupture-11.jpg
 photo cap_rupture-12.jpg photo cap_rupture-13.jpg
 photo cap_rupture-14.jpg photo cap_rupture-15.jpg
 photo cap_rupture-16.jpg photo cap_rupture-17.jpg
 photo cap_rupture-18.jpg photo cap_rupture-19.jpg
 photo cap_rupture-23.jpg photo cap_rupture-21.jpg
 photo cap_rupture-22.jpg photo cap_rupture-20.jpg
 photo cap_rupture-24.jpg photo cap_rupture-25.jpg
 photo cap_rupture-26.jpg photo cap_rupture-27.jpg
 photo cap_rupture-28.jpg


Xvid | 656x368 | Mp3 | 1,2 Go

 photo tag_rupture-1.png photo tag_rupture-2.png
 photo tag_rupture-3.png photo tag_rupture-4.png
 photo tag_rupture-5.png photo tag_rupture-6.png
 photo tag_rupture-7.png photo tag_rupture-8.png
 photo tag_rupture-9.png photo tag_rupture-10.png



Catherine Rouvel

1 commentaire:

Francis1718 a dit...

Un bon vieux film des années 70 comme je les aime, merci Richard :-)