vendredi 15 juillet 2016

Corneau-1986-Le mome


Le mome
1986 - 1hre 36
Xvid | 640x400 | Mp3 | 1,1 Go


 photo aff_le_mome-2.jpgLe mome
1986

Réalisateur: Alain Corneau
Assistants réalisateur: Frédéric Blum, Eric Lebel et Philippe Chapus
Scénaristes: Christian Clavier et Alain Corneau
Dialoguiste: Christian Clavier

Distribution:

Richard Anconina : Willie
Ambre : Jo
Michel Duchaussoy : Darmines
Yan Epstein : Michel Charki
Thierry de Carbonnières : Jean-Pierre Charki
Georges Montillier : Rene
Marc Brunet : Roger
Jean-Claude Adelin : Battista
Patrick Pérez : Carli
Frédéric Wizmane : Willie enfant
Kamel Cherif : le Tunisien
Dominique Bernard : père de Willie

On ne l'aime pas beaucoup Willie. Il faut dire que ses méthodes sont un peu particulières. Trop individualistes d'abord. Expéditives aussi. Et les copains de la brigade trouvent que le boulot en prend un coup. Cette affaire, Willie a voulu la terminer seul. Il a surpris les deux "Marseillais" à leur hôtel. En pleine détente. Mais la came était là. La fille aussi. Il a saisi les quatre. Confié les passeurs à ses collègues furieux d'avoir été prévenus trop tard. Grincheux parce que le résultat n'est pas fameux: les gros bonnets courent toujours. Mais Willie a des idées plein la tête. La première c'est Jo, cette fille paumée qu'il a déjà bien bousculée. Agressive, hagarde; pas nette. La preuve: aussitôt relâchée, elle va se faire récupérer par deux types friqués dans leur grosse voiture. Les frères Charkis, deux "Libanais" à suivre, lui dit Roger, son seul ami. Willie suit. Jo, cette nuit, est entre les mains de Darmines, quelqu'un qui brasse gros. Et louche. Louches aussi sont ses rapports avec la fille. Willie, pour l'avoir vu, s'est fait d'ailleurs bien amocher. Mais il persiste bien que mis à pied. Renvoie l'ascenseur. Et Charki Michel se fait piéger. Willie prend Jo et la perd: pendant la nuit, elle a téléphoné. Il la retrouve en train de se faire tabasser par "son" Michel qui, à Darmines, veut l'envoyer. Cette fois, elle se laisse emmener. C'est les hôtels, une boîte, car Jo a besoin de danser. Pris en chasse, ils chassent aussi. Darmines, coincé, lui a tout avoué. Willie trouve les armes dans l'entrepôt. C'est l'hallali qu'il va sonner. Des idées plein la tête, Willie, des vilains souvenirs. Des cris, des coups, du sang, sa mère tombée un pistolet qu'il prend, pour tuer. Et c'est la course avec au bout le bon Roger. Cette nuit c'est le bazooka qu'il fait cracher. Une dernière course avec au bout les bras de Roger, qui, pour le sauver, vient de le donner.

---
Court extrait
---
 photo cap_le_mome-1.jpg
 photo cap_le_mome-2.jpg  photo cap_le_mome-3.jpg
 photo cap_le_mome-4.jpg  photo cap_le_mome-5.jpg
 photo cap_le_mome-6.jpg  photo cap_le_mome-7.jpg
 photo cap_le_mome-8.jpg

Xvid | 640x400 | Mp3 | 1,1 Go

 photo cap_le_mome-9.jpg
 photo cap_le_mome-10.jpg  photo cap_le_mome-11.jpg
 photo cap_le_mome-12.jpg

1 commentaire:

Francis1718 a dit...

Film assez barbant (on se lasse tres vite des interminables scenes de c.. Anconina-Ambre toutes les 5 minutes, entre autres) et qui, a mon avis, n'est sauvé que par la fantastique musique du légendaire Otis Redding, qui constitue la trame sonore principale de ce film.

Quant a la fin du film, elle n'est pas sans rappeler "Bullit", avec Steve McQueen.

Mais enfin quand le cinema français cessera t-il de singer Hollywood ?

Enfin bon.