samedi 16 juillet 2016

Costa-Gavras-1970-L'aveu


L'aveu
1970 - 2hres 13
Mp4 | H.264 | 640x384 | AAC | 1,5 Go


 photo aff_aveu-2.jpg
L'aveu
1970 - 2hres 13
---
Simone Signoret
---


 photo aff_aveu-3.jpgL'aveu
1970

Réalisateur: Costa-Gavras
Assistant réalisateur: Alain Corneau
Auteurs de l'oeuvre originale Lise et Arthur London
Dialoguiste: Jorge Semprún

Distribution:

Yves Montand : Artur
Simone Signoret : Lise
Michel Vitold : Smola
Gabriele Ferzetti : Kohoutek
Jean Bouise : le directeur d'usine
Sacha Briquet
Marcel Cuvelier : Josef Pavel (de)
Gérard Darrieu : un policier
Gilles Segal
Henri Marteau
Jean Lescot : un policier
Michel Beaune : l'avocat
Jacques Rispal : l'ancien secrétaire
Michel Robin : le procureur général
Georges Aubert : TondaMarc Bonseignour
Thierry Bosc
André Cellier
Monique Chaumette
Jean-Paul Cisife
Pierre Decazes
Pierre Delaval
Basile Diamantopoulos (en)
Jacques Emin
Marc Eyraud : un politique
Jean-François Gobbi
Maurice Jacquemont
William Jacques
Jean-Pierre Janic
Patrick Lancelot : l'interrogateur
Guy Mairesse : le médecin
François Marthouret : un policier
Pierre Moncorbier : le président
Charles Moulin
Umberto Raho : Jaretzki
Paul Savatier
László Szabó : l'homme de la police secrète
Claude Vernier : Bedrich
Nicole Vervil
Pierre Vielhescaze
Antoine Vitez : un ami communiste
Jacques Marbeuf
Marc Bonseignour • Thierry Bosc • André Cellier • Monique Chaumette • Jean-Paul Cisife • Pierre Decazes • Pierre Delaval • Basile Diamantopoulos (en) • Jacques Emin • Marc Eyraud : un politique • Jean-François Gobbi • Maurice Jacquemont • William Jacques • Jean-Pierre Janic • Patrick Lancelot : l'interrogateur • Guy Mairesse : le médecin • François Marthouret : un policier • Pierre Moncorbier : le président • Charles Moulin • Umberto Raho : Jaretzki • Paul Savatier • László Szabó : l'homme de la police secrète • Claude Vernier : Bedrich • Nicole Vervil • Pierre Vielhescaze • Antoine Vitez : un ami communiste • Jacques Marbeuf




 photo cap_aveu-1a.jpg
 photo cap_aveu-2.jpg  photo cap_aveu-3.jpg
 photo cap_aveu-4.jpg  photo cap_aveu-5.jpg
 photo cap_aveu-6.jpg  photo cap_aveu-7.jpg
 photo cap_aveu-8.jpg  photo cap_aveu-9.jpg
 photo cap_aveu-10a.jpg

À Prague, en 1951, un haut responsable du régime communiste tchécoslovaque, se retrouve accusé d'espionnage au profit des États-Unis. Tout est fait pour lui extorquer des aveux de crimes qu'il n'a pas commis. Brisé par la torture et les privations — on l'empêche de dormir, de manger et on l'oblige à marcher sans arrêt lors de son interrogatoire — il finit par avouer au tribunal des crimes qu'il n'a pas commis en récitant un texte d'aveux que ses bourreaux lui ont fait apprendre par cœur. On veut l'obliger à se dire partisan de Tito, dirigeant communiste yougoslave, ou de Trotski, tous deux étant des ennemis notoires de Staline.
Après sa réhabilitation en 1956, il émigre vers la France et, s'il condamne le stalinisme, il reste fidèle à l'idéal communiste de sa jeunesse. Mais il se rend compte que même après la mort de Staline, l'URSS et les démocraties populaires ne sont pas aussi libres qu'il l'imaginait et qu'il le voulait. Revenant en Tchécoslovaquie à l'occasion du Printemps de Prague, il assiste, le jour même de son arrivée, à l'invasion du pays par les forces du Pacte de Varsovie.

 photo cap_aveu-11a.jpg
 photo cap_aveu-12.jpg  photo cap_aveu-13.jpg
 photo cap_aveu-14.jpg  photo cap_aveu-15.jpg
 photo cap_aveu-16.jpg  photo cap_aveu-17.jpg
 photo cap_aveu-18.jpg  photo cap_aveu-19.jpg
 photo cap_aveu-20.jpg  photo cap_aveu-21a.jpg
 photo cap_aveu-22.jpg

Mp4 | H.264 | 640x384 | AAC | 1,5 Go

 photo gr_aveu-1.jpg
 photo gr_aveu-2.jpg  photo gr_aveu-3.jpg
 photo gr_aveu-4.jpg  photo gr_aveu-5.jpg
 photo gr_aveu-6.jpg  photo gr_aveu-7.jpg
 photo gr_aveu-8.jpg

Aucun commentaire: