mercredi 3 décembre 2008

Molière [Livraphones]



L'avare

Mise en scène de Jean-Paul Roussillon
Réalisation: Georges Gravier
Générique: Menuet extrait de "La Symphonie pour les Soupers du Roy" de Michel-Richard Delalande

Le Seigneur Anselme: Jacques Eyser
Harpagon: Michel Aumont
Le commissaire: René Arrieu
Valère: Simon Eine
La Flèche: Alain Pralon
Maître Simon: Marco Béhar
Cléante: Raymond Acquaviva
Maître Jacques: Yves Pignot
La Merluche: Gérard Giroudon
Brindavoine: Pierre Olivier Scotto
Frosine: Françoise Seigner
Elise: Béatrice Agenin
Marianne: Claude Mathieu


La scène est à Paris, dans la maison de Monsieur Jourdain. Toute l'action de la pièce tient entre la préparation du ballet à offrir en "cadeau" à la marquise Dorimène. Aussi voit-on Monsieur Jourdain, en cette journée si importante, donner toute son attention aux morceaux de musique qu'il a commandés, et apprendre la révérence ; s'il fait appel pour la première fois à un maître de philosophie, c'est pour apprendre à tourner un billet galant autant que pour s'initier à l'orthographe.
Comédie Française 1680


Le bourgeois gentilhomme

Distribution:

Arletty
Sophie Desmarets
Françoise Dorléac
Jacques Fabbri
Les Frères Jacques
Maria Mauban
Poiret et Serrault
Henri Salvador

"Fils de marchand, Monsieur Jourdain rêve de vivre en gentilhomme, d'apprendre à chanter, danser, écrire des vers, se battre en duel. Un noble prétend être son ami, mais c'est pour mieux lui soutirer de l'argent. Il meurt d'amour pour une marquise, mais il est marié et elle en aime un autre. Sa fille est amoureuse, mais il refuse celui qu'elle a choisi car il n'est pas noble. Et si la solution était d'entraîner ce Bourgeois dans une folie plus grande encore, une mascarade où musique, danse et théâtre se mêlent?"
Spectacle donné à la Comédie-Française. CD1: 50 min & CD2: 75 min.
Grand Prix National de l’Académie du Disque Français





Le médecin malgré lui

Distribution:

Les Frères Jacques

Denise Benoit

Frédérique Hebrard

Pour avoir donné quelques coups de bâton à sa femme Martine, Sganarelle, un modeste fagotier, un peu buveur, un peu paresseux mais plein de vie, se retrouve médecin malgré lui.La patiente qu'il doit guérir est la fille d'un riche seigneur. Elle a perdu subitement la parole lorsque son père a décidé de lui faire épouser Horace plutôt que le beau Léandre qu'elle aime passionnément. Comment guérir une telle maladie et comment échapper aux coups de bâton qui pleuvent sur le dos de Sganarelle chaque fois qu'il essaie de faire comprendre qu'il n'est pas médecin ? Comment combattre l'autorité d'un vieux père et épouser celui qu'on aime ? Par le silence, par la parole, par le déguisement, le rire et le jeu - en un mot - grâce au théâtre !.Rosy Varte
Enregistrement du tricentenaire (1666–1966)





Le misanthrope

Mise en scène: Pierre Dux
Décors: Louis Sue
Costumes: Suzanne Lalique

Distribution :

Alceste, amant de Célimène: Aimé CLARIOND
Oronte, amant de Célimène : Jacques CHARON
Acaste, un marquis : Pierre GALLON
Philinte, ami d'Alceste : Jacques SERVIÈRE
Dubois, valet d'Alceste : MARCO-BÉHAR
Clitandre, un marquis : Jean-Louis JEMMA
Eliante, cousine de Célimène : Yvonne GAUDEAU
Célimène, amante d'Alceste : Marie SABOURET
Arsinoé : Line NORO
Un garde : DRANCOURT
Basque : Maria FROMET

L'enregistrement public du Misanthrope a été réalisé sur la scène de la salle Richelieu lors de la 1606ème représentation à la Comédie-Française, dans la mise en scène établie par Pierre Dux en 1947, décors de Louis Sue, costumes de Suzanne Lalique. Le rôle-titre était alors interprété par Pierre Dux, Célimène par Annie Ducaux. Dans l'enregistrement proposé ici, c'est Aimé Clariond, principal titulaire du rôle depuis 1936, qui interprète remarquablement Alceste.



--> Mp3 @160 Kbps | ZIP | 115,7 Mo
Attention erreur nom, mais OK

Le Tartuffe

Réalisation Georges Hacquard
Théâtre mémorial Corneille(1981)

Distribution:

Elmire Micheline Presle
Tartuffe Michel Bouquet
Mme Pernelle Mary Marquet
Dorine Sophie Desmarets
Damis Claude Nicot
Mariane Anne Doat
Cléante Yves Furet
Orgon Fernand Ledoux
Valère Louis Velle
M. Loyal Henri Virlojeux
L’Exempt Jean Deschamps

Orgon est un personnage assez important tombé sous la coupe de Tartuffe, un hypocrite et faux dévot. Il est le seul (avec sa mère, Madame Pernelle) à en être dupe. Tartuffe réussit à le manipuler en singeant la dévotion et a réussi à devenir son directeur de conscience. Cet aventurier se voit proposer la fille de son bienfaiteur en mariage, en même temps qu’il tente de séduire Elmire, beaucoup plus jeune que son mari. Démasqué grâce à un piège tendu par Elmire afin de convaincre son mari de l'hypocrisie de Tartuffe, il veut ensuite chasser Orgon de chez lui grâce à une donation inconsidérée que celui-ci lui a faite de ses biens. En se servant de papiers compromettants qu’Orgon lui a remis, il va le dénoncer au Roi. Imprudence fatale : le Roi a conservé son affection envers celui qui l’avait jadis bien servi. Il lui pardonne et c’est Tartuffe qui est arrêté.



Les femmes savantes

Distribution:

Fernand Ledoux
Michel Bouquet
Jean Deschamps
Pierre Vaneck
Françoise Rosay
Marguerite Pierry
Maria Mauban
Catherine Sellers
Rosy Varte

Henriette et Clitandre sont amants, mais pour se marier, ils vont devoir obtenir le soutien de la famille de la jeune fille. Le père (Chrysale) et l'oncle (Ariste) sont favorables au mariage. Malheureusement la mère (Philaminte), soutenue par la tante (Bélise) et la sœur d'Henriette (Armande), veut lui faire épouser un faux savant aux dents longues (Trissotin) qui mène par le bout du nez ces « femmes savantes ». Finalement, Ariste et Chrysale arrivent à dévoiler la duplicité de Trissotin, Henriette peut donc se marier avec Clitandre.




Les précieuses ridicules

Réalisation: Georges Hacquard
Musique de Jean-Baptiste Lully

Distribution:

Du Croisy: Jean-Pierre Leroux
La Grange: François Nocher
Gorgibus: Harry-Max
Marotte: Evelyne Istria
Magdelon: Denise Benoit
Cathos: Danièle Evenou
Mascarille: Jean Paredes
1er porteur / Un violon: Jacques Frantz
2e porteur / Almanzor: Denis Llorca
Jodelet: Claude Pieplu

La Grange et Du Croisy, deux jeunes seigneurs, se rendent à l’entretien qui leur est accordé avec Cathos et Magdelon, fille et nièce du bourgeois Gorgibus, jouvencelles qu’ils convoitent avidement.
Mais les demoiselles, bovariques avant la première du nom, ne trouvent pas les prétendants à leur goût : leur culture ne s’étend pas jusqu’aux romans à l’eau de rose et aux poèmes qui font référence dans le monde précieux. Les jeunes hommes se retirent donc, passablement irrités, et se promettent de se venger, avec l’aide du valet Mascarille.
Alors que Gorgibus fait un sermon aux jeunes filles dont il ne suit pas tout à fait le cheminement intellectuel, et qu’il leur enjoint de se marier sans tarder, sans quoi il les mettrait aux couvents, survient un marquis de Mascarille qui, après avoir pesamment fait la démonstration de sa préciosité et de ses talents vaudevillesques, se met à faire sa cour - il se présente comme un futur initiateur au monde des Précieux ; il ne tarde pas à être rejoint par le vicomte de Jodelet, qui se prête les mêmes ambitions.
Entre ces nouveaux prétendants se tisse un dialogue bouffon qui, à défaut de convaincre les précieuses de leur ridicule, mènera le spectateur au fou-rire le plus total.



3 commentaires:

bpesti a dit...

Quelle série et quels interprètes prestigieux !

Merci et bon courage !

bpesti.

PS. J'ai trouvé un film de Travernier avec Noiret, Rochefort, Marielle et Marina Vlady : "Que la fête commence". Je ne me souviens pas, l'as-tu publié dans ta série sur Noiret ? Si la réponse est non, je le mettrai en ligne.
bpesti@gmail.com

Ric a dit...

Eh bien la réponse est non
Alors que la fête commence
-;)

Anonyme a dit...

Bonjour Cher ami
Tu es vraiment genial

Continue...

Un ami